RDC : Le pouvoir dément la découverte potentielle de 38 sites de fosses communes

L'ONU aurait découvert 38 nouveaux lieux possibles de fausses communes dans le Kasaï, en République démocratique du Congo. De son côté, le pouvoir par l'intermédiaire de Lambert Mende, ministre de l'Information rejette ces chiffres et évoque dix sites probables.

Des charniers potentiels ont été identifiés par l'ONU au Kasaï, dans le sud-est du pays. Au total, 38 nouveaux sites de fosses communes, ont été répertoriés selon les déclarations de l'organisation. 

"10 et non 38" nouveaux sites selon le pouvoir

En réaction aux déclarations de l'ONU, Lambert Mende, le ministre de l'Information de la RDC a indiqué qu'il s'agissait "d'une allégation attribuée à des officiels des Nations-Unies faisant état de 38 nouvelles fosses communes". Interrogé par notre correspondante Francine Mokoko, le ministre a annoncé que cinq sites seraient susceptibles d'abriter des fosses communes: " trois sites, notamment à Diboko et deux sites à Sumbula où l’on signale des fosses communes présumées mais dont personne ne peut encore avoir la certitude faute d’exhumation et en raison de l’absence des éléments de la Police scientifique". Lambert Mende rejette le chiffre annoncé par l'ONU. Il indique que le travail mené "porte le nombre total de sites à 10 et non 38".

Au total, au moins 80 fosses communes ont été recensées dans la région, qui a connu une montée de la violence entre les forces de sécurité locales et une milice tribale, les Kamwina Nsapu, depuis septembre.

L' usage disproportionné de la force 

La communauté internationale s'alarme de ces violences, qui ont causé la mort de plus de 3.000 personnes, d'après des chiffres rassemblés par l'Église catholique. 

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco), chargée du maintien de la paix, avait précédemment évoqué un bilan de "plus de 400 morts", alors qu'on estime qu'environ 1,3 million de personnes ont fui leurs foyers dans les provinces du Kasaï.

Les violences ont débuté en 2016 quand Jean-Pierre Mpandi, chef tribal sous le nom de Kamwina Nsapu d'une région située près de la frontière méridionale avec l'Angola, a ouvertement remis en cause l'autorité du gouvernement de Joseph Kabila.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (113)
FARDC (66)
Ceni (65)
Kasaï (61)
Elections (48)
Monusco (41)
Beni (41)
Onu (34)
Police (32)
CNSA (29)
Kinshasa (27)
Division I (24)
Caf (23)
Ituri (23)
Lubero (21)