Le Phare : «Ceni : le TGV du glissement lancé»

Des jeunes dans un véhicule ce 8/05/2011 sur une des avenues principale de Kinshasa, lors de la campagne d’enrôlement organisée par la CENI. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Revue de presse du jeudi 30 juillet 2015

Les journaux parus ce matin s’intéressent à l’actualité liée à l’élection des gouverneurs de nouvelles provinces.

Le Phare titre à la une : « Ceni : le TGV du glissement lancé » et entrevoit le non-respect du calendrier électoral global publié par la Ceni qui doit culminer par l’organisation de la présidentielle en novembre 2016. Et le premier pas du glissement est, selon Le Phare, le report de l’élection des gouverneurs de nouvelles provinces.

Après avoir longtemps résisté aux pressions du Gouvernement, la Ceni a fini par céder, en acceptant de réaménager le calendrier des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs de nouvelles provinces, fait remarquer le journal. Le nouvel échéancier a pour point de départ le 21 juillet 2015 (début de l’opération de dépôt des candidatures) et pour point de chute le 22 octobre 2015 (publication des résultats définitifs), ce qui entraîne un chevauchement suspect avec les élections locales, municipales et législatives provinciales.

« Il ne faut pas être sorcier pour comprendre que la Ceni va être fatalement obligée de renvoyer ces dernières à une échéance ultérieure, dont la fixation va dépendre du sort que le Sénat va réserver au projet de loi portant répartition des sièges par circonscription électorale », anticipe le quotidien.

Si l’on doit s’en tenir à la logique de la Majorité présidentielle, selon laquelle l’ordre d’organisation des élections devrait être scrupuleusement respecté, la présidentielle et les législatives nationales ne devraient pas avoir lieu le 27 novembre 2016, analyse Le Phare.

Le Potentiel voit aussi de son côté un glissement qui se dessine. L’élection des gouverneurs vient d’être reportée, une fois de plus, alors que le corps électoral est bien connu, bien identifié et réduit à quelques individus, constate le quotidien. La Ceni ayant peiné à respecter la date fixée, qu’en sera-t-il des élections plus complexes telles que les locales, les législatives et la présidentielle, s’interroge le canard.

Le Potentiel souligne par ailleurs que le rapporteur de la Ceni qui a annoncé mardi le report de l’élection des gouverneurs n’a pas exclu l’éventualité d’un réaménagement du calendrier électoral global de février 2015 en cas de chevauchement des élections locales et celles des gouverneurs et vice-gouverneurs.

« A l’horizon, c’est l’ombre du glissement tant redouté qui se profile. A quelques traits précis, il se dessine un schéma où les délais ne seraient pas tenus », interprète le journal.

“Chercher aujourd’hui à obtenir un glissement du calendrier électoral reviendrait à trahir le peuple en le privant de son droit fondamental, à savoir élire ses représentants à tous les niveaux de la pyramide institutionnelle”, commente le journal.

« Election des gouverneurs de nouvelles provinces : la controverse se poursuit », titre Forum des As.

Nombre d’observateurs ne comprennent pas que des élus sans mandat « en cours de validité » et donc illégitimes, c.à.d. les députés provinciaux actuels, puissent élire les patrons de nouvelles entités. “Super glisseurs”, c’est donc le qualificatif que Forum des As colle aux députés provinciaux dont le mandat a pris fin depuis 2011 mais qui continuent de siéger et vont élire les gouverneurs de nouvelles provinces.

« A quelques mois de prochaines élections provinciales, quelle légitimité peuvent-ils réellement conférer aux gouverneurs ? », s’interroge le journal. Voilà qui préoccupe la plupart des observateurs qui auraient, à la place, souhaité tout simplement que de nouveaux élus élisent en toute légitimité les gouverneurs et vice-gouverneurs de nouvelles provinces parce que cela ne poserait aucun problème, estime Forum des As.

Sondage

Mots-clés populaires