Vital Kamhere : le portrait

radiookapi.net vous propose le portrait de Vital Kamhere. Le secrétaire général du Pprd, que l’alliance de la majorité présidentielle et l’opposition parlementaire viennent d’élire comme président du bureau définitif de l’Assemblée nationale.

Né à Bukavu le 04 mars 1959, Vital Kamhere est le fils de Constantin Kamerhe et d’Alphonsine Mwankingi. Originaire de Walungu, il est marié à Mamie Keboli et père de 8 enfants.

Il commence ses études maternelles et primaires à Bukavu puis fait une autre partie à Goma. Il les poursuit ensuite dans les 2 Kasaï pour en finir dans le Bandundu en obtenant son diplôme d’Etat en Mathématiques et physiques vers les années 80. L’on comprend alors que c’est par là qu’il maîtrise toutes les quatre langues nationales.

De là, il fait ses études universitaires à l’Université de Kinshasa où il décroche son diplôme de licencié en Sciences économiques en 1987 avec mention distinction. Il y est maintenu comme assistant chargé des cours.

Après 10 ans d’assistanat, l’homme affirme avoir forgé ses premiers pas politiques dans l’Udps en 1984. Tout de suite, il se sent plus proche de feu Ngalula Panda Njila, cofondateurs de ce parti dont il regrette l’absence dans les institutions de la République. « Je n’ai jamais été de Frojemo », dit-il main sur le coeur. De l’opposition au nouveau régime avec Mzee Laurent-Désiré Kabila, ce n’est qu’un autre pas franchi.

Le parcours politique de Kamerhe est soudain marqué par plusieurs fonctions. Il confirme avoir été notamment conseiller dans 11 ministères avec rang de coordonnateur de la cellule d’études, directeur de cabinet puis directeur de cabinet adjoint, directeur principal chargé de l’administration et des finances à l’ex Service national.

Au moment de la guerre de 1998, Kamerhe affirme qu’il a été le seul civil à se retrouver à l’aéroport international de Ndjili aux cotés des généraux Joseph Kabila et Denis Kalume pour défendre la ville de Kinshasa. Et c’est à partir d’ici qu’il fait connaissance avec l’actuel président de la République.

Sondage

La session extraordinaire du conseil supérieur de la Magistrature s’est achevée jeudi à Kinshasa. Selon vous, pour assurer l’indépendance de la Magistrature, il faudrait surtout:

Sanctionner les magistrats qui ne rendent pas justice correctement
47% (589 votes)
Améliorer les conditions salariales des magistrats
30% (376 votes)
Sensibiliser les magistrats sur l’importance de résister aux pressions
23% (292 votes)
Total votes: 1255