Echauffourées à Kikwit : 6 morts selon les sources locales, 5 selon la police

Six personnes ont trouvé la mort jeudi 10 janvier à Kikwit dans la province du Kwilu, à la suite des manifestations contre la victoire de Félix Tshisekedi à l’élection présidentielle, rapportent des sources locales. Des habitants de cette ville, bastion du candidat malheureux Martin Fayulu ont manifesté dans les rues et estiment que la victoire a été volée à leur candidat.

Les sources médicales ont enregistré au moins 20 blessés graves. L’ambulance de l’hôpital général de référence de Kikwit a été détruite. Les manifestants en colère ont aussi incendié une partie de la prison centrale de Kikwit, le bureau du quartier Ndekezulu. Ils ont pillé les commerces au centre-ville et la sous-division de l’EPSP Kikwit 1. Les activités ont été paralysées dans la ville de Kikwit le jeudi 10 janvier.

5 morts selon la police

Le porte-parole de la police nationale congolaise (PNC) Pierrot Mwanamputu donne un bilan de trois morts et dix-sept blessés.

« A Kikwit, les violences ont eu comme effets néfastes, les pertes en vies humaines. Nous déplorons trois morts dont deux civils et l’épouse d’un officier de police tuée à son domicile, 17 blessés dans le rang de la police ainsi que des destructions des biens publics et des particuliers », a détaillé le colonel Pierrot Mwanamputu.

Il a fait état du pillage par les manifestants d’un émetteur radio de la RTNC de 1 kilowatt, plus les accessoires de la régie ; au motif que c’est par le canal de cette radio que les résultats de la présidentielle avaient été annoncés.

A Mbandaka

Un corps sans vie d’un motard a été ramassé près de l’hôpital général de référence de Wangata à Mbandaka dans la province de l’Equateur.

En outre, selon l’officier de la police, le chef du coordonnateur de la coalition Lamuka a appelé à ses sympathisants de se rassembler et de se diriger vers le Centre local de compilation des résultats (CLCR) vandaliser ce centre et récupérer les procès-verbaux. Les manifestants ont été dispersés par la police.

Le coordonnateur de cette coalition à Mbandaka et trois de ses acolytes ont été appréhendés par la police. Après interrogatoire, a poursuivi le colonel Mwanamputu, ils seront tous déférés devant le ministère public.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires