Contentieux électoraux : l’AFDC-A se désiste dans son procès contre le PPRD et l’ADRP


Le regroupement politique Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A) s’est désisté, vendredi 8 février, à l’ouverture des audiences publiques en contestation des résultats provisoires de la CENI pour les élections à la députation nationale. Au total trente et une causes sont inscrites au rôle dont dix pour la chambre I et vingt et une pour la chambre II de la Cour constitutionnelle.

En tête sur l’extrait de rôle de la chambre I, la cause AFDC-A contre la CENI, contre Ngoyi Kasanji du PPRD et contre José Panda de l'ADRP.

Durant l'audience, l’avocat de l’AFDC-A, Me Willy Wenge, s'est prononcé en ces termes :

« Qu’il vous plaise M. le président, honorés membres de la composition de prendre acte du désistement de l’AFDC-A et je vous dépose la procuration qui m'a été donnée - avec mes confrères - par la même présidence qui nous avait donné procuration de vous saisir. »

Quant aux raisons de ce désistement Me Willy Wenga dit ne pas connaitre les raisons profondes qui ont poussé son client à se désister.

« L’AFDC-A avec son président appartiennent à une dynamique. Je suis sûr et certain que c’est une dynamique interne qui fait que l’AFDC se soit comporté de cette manière-là. Quant aux raisons très profondes, en tant qu’avocat je n’ai pas été mis au courant de cela. Ça reste peut-être du domaine du politique », a-t-il supputé.

Une décision qui a réjoui la partie contestée, Me Jose Panda venue en personne à l’audience.

« L’autorité morale du FCC a donné un mot d’ordre que les regroupements du FCC ne peuvent pas faire des requêtes croisées. Nous sommes en train de suivre le mot d’ordre et surtout que nous avons une majorité parlementaire consolidée. Donc, il y a eu désistement en général pour tous les regroupements du FCC », affirme Me Jose Panda.

A la chambre II, les audiences se poursuivent. Les juges traitent les 21 autres causes inscrites au rôle. La Cour dispose de 60 jours pour rendre ses arrêts.

Ces audiences constituent donc la dernière étape du processus électoral pour la députation nationale car les arrêts de cette cour sont irrévocables et opposables à tous.

Les différents arrêts confirmeront définitivement donc l'élection de ceux qui auront gain de cause devant la Cour.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires