Jean-Pierre Lacroix sur les attaques de Beni : « Il ne faut pas se tromper d’ennemi »

Le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, affirme qu’il ne faut pas se tromper d’ennemi. Il commentait lundi 2 décembre à Kinshasa, les attaques et troubles perpétrés dans la ville et territoire de Beni au Nord-Kivu, notamment contre les agences humanitaires et la MONUSCO. Selon lui, il ne faut pas non plus s’attaquer sur les agents de la riposte contre la maladie à virus Ebola.

« Il ne faut pas se tromper d’ennemi. Ceux qui sont l’ennemi, ce sont les groupes qui attaquent et tuent les populations. Ce sont les groupes qui attaquent nos collègues de la réponse Ebola, ce sont les groupes qui attaquent nos collègues civils et militaires », déclare M. Lacroix, lors d’une conférence de presse animée à Kinshasa.

Il fait savoir qu’il y a beaucoup de messages de manipulations et de désinformations et parfois d’allégations et d’insinuations honteuses.

« Quand on voit dans les réseaux sociaux que la MONUSCO travaille avec des ADF, j’ai envie de dire que vous vous souvenez peut-être qu’il n’y a pas si longtemps nous avons eu 16 morts et 50 blessés, tués et blessés d’un seul coup par une attaque des ADF (…) Il y a aussi des choses que nous ne pouvons pas tolérer et je le dis sans méconnaitre du tout la frustration, la tristesse et l’angoisse que peuvent ressentir les populations », reconnait-il.

Le territoire et la ville de Beni ont été le théâtre de fortes tensions avec des manifestations de colère de la population à la suite des meurtres des civils par des rebelles ougandais des ADF.

Pour Lacroix, ces attaques sont intolérables et risquent d’avoir des conséquences négatives sur l’efficacité de la réponse contre Ebola.

« Les attaques contre les collègues qui travaillent dans la réponse d’Ebola sont intolérables. C’est une attaque qui a eu lieu en Ituri, hors des zones des ADF. Une attaque contre des collègues essentiellement des Congolais qui travaillent pour enrayer cette épidémie. Et elles auront des conséquences sur l’efficacité de la réponse », estime le numéro 2 de l’ONU.

Lacroix pense qu’il y a des améliorations sensibles à apporter dans la manière dont nous travaillons.  

« Par exemple, dans le domaine opérationnel. Nous avons dit qu’une chose était d’occuper un certain nombre de positions occupées par les ADF. Une autre était de les tenir et faire qu’une présence de les tenir et de faire en sorte qu’une présence durable des autorités des forces légitimes de ce pays soient déployées (…) », promet-t-il.

Partenariat MONUSCO-RDC

Selon Jean-Pierre Lacroix, le ministre de la Défense a rappelé le succès de ce partenariat. Il a évoqué le fait qu’il n’y a pas si longtemps des provinces étaient en guerre, citant le Katanga et le Kasaï.

« Il a indiqué que les 145 territoires de la RDC, 135 allaient mieux et ne connaissaient plus une situation de guerre. C’est un partenariat qui a été efficace et qui l’est encore aujourd’hui dans beaucoup d’endroit. Donc il n’y a pas de raisons pour lesquelles ce partenariat ne réussirait pas aussi dans l’Est, dans les Kivus et en Ituri », rapporte-t-il.

Jean-Pierre Lacroix souligne aussi la réaffirmation des autorités congolais, politiques et militaires, de l’importance du partenariat avec la MONUSCO.

« Nous avons eu dans nos entretiens avec les autorités de la RDC (premier ministre, membres du gouvernement, le gouverneur du Nord-Kivu et les FARDC), c’est la réaffirmation très claire de l’importance qu’ils attachaient au partenariat avec la MONUSCO. Et ce sont des messages qui sont dans la totale continuité de ce qu’avait dit le Président Félix Tshisekedi au Secrétaire général des Nations unies, lorsqu’il s’était rendu en RDC », affirme le numéro 2 de l’ONU.

Au nom du Secrétaire général de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix a exprimé la totale solidarité et compassion vis-à-vis de la population qui souffre et en particulier, vis-à-vis des victimes de ces dernières semaines.

« Il y a eu beaucoup de victimes civiles dans la population et il y a aussi des victimes congolaises qui travaillaient avec nos collègues de la réponse Ebola, il y a eu des victimes parmi les membres des FARDC, de la Police et il y a eu aussi un soldat de la MONUSCO qui a été blessé », compatit-il.

Vous pouvez écouter le message de Jean-Pierre Lacroix devant la presse kinoise (14'16''):

/sites/default/files/2019-12/conf_de_presse_lacroix.mp3

 

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner