Coronavirus : la police organise un dépistage collectif pour ses unités

Des institutions à travers le pays s’impliquent en organisant des dépistages collectifs de leurs agents. Après la présidence de la République, qui a organisé la semaine dernière un dépistage pour tout son personnel, Radio Okapi et le ministère du Budget,  la police a aussi lancé lundi dernier cette opération. D’après le commissaire provincial de la police, Sylvano Kasongo, les policiers étant au premier plan aux côtes du personnel soignant, il est impérieux qu’ils connaissent leur état de santé pour ne pas propager la maladie.

« Nous sommes en face d’un ennemi invisible et quand un ennemi est invisible, il devient dangereux. Nous venons de perdre au niveau du commissariat provincial cinq officiers la semaine passée. Cela m’a tiqué et poussé à inviter tous les officiers à aller se faire dépister. Si on vous dépiste tôt, tôt vous serez guéris », a déclaré Sylvano Kasongo

A la question de savoir comment ça se passe avec des hommes de troupes et les prévenus dans les cachots de la police, le commissaire provincial de la police rassure :

« Les prévenus, il y avait des équipes de l’INRB ici qui ont prélevé (des échantillons). Nous attendons les résultats. Les commandants des unités ont été instruits. On va commencer à le faire à tour de rôle par commissariat. A partir de jeudi, vous allez constater que par commissariat les policiers vont aller se faire dépister. C’est important, il ne faut pas avoir peur, il ne faut pas avoir honte. Ce n’est pas une maladie de la honte. C’est de la prudence. Tout le monde doit se faire dépister. Il y a des gens qui sont malades mais qui ne se connaissent pas mais qui peuvent transmettre facilement ».

Sylvano Kasongo demande à tous les policiers d’être prudents, car la police est au front. «  Après les médecins c’est nous qui sommes là. Nous devons faire notre travail dans la discipline et dans la courtoisie, aussi dans la fermeté. Nous devons nous protéger. Le port des masques est obligatoire pour tout le monde et nous devons aussi nous faire dépister pour connaitre notre état de santé », a-t-il soutenu.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner