Procès Chebeya: la cour militaire a auditionné le médecin légiste

Les médecins Congolais et Néerlandais qui ont pratiqué l'autopsie du corps de Chebeya. (droits tiers)Les médecins Congolais et Néerlandais qui ont pratiqué l’autopsie du corps de Chebeya. (droits tiers)

Les médecins Congolais et Néerlandais qui ont pratiqué l'autopsie du corps de Chebeya. (droits tiers)

Les parties au procès de Floribert Chebeya ont fait, lundi 28 février, leurs observations sur la descente faite jeudi 24 février sur terrain, notamment à l’Inspection Générale de la Police, à l’ancien domicile du prévenu Christian Ngoyi en fuite et à Mitendi où le corps sans vie de Chebeya avait été découvert le 2 juin 2010. La cour a également auditionné le médecin légiste sur le rapport d’autopsie qu’il a pratiqué sur le corps de Floribert Chebeya.

Les explications du médecin légiste, le colonel Tshomba a été un moment fort de l’audience de lundi. Son rapport d’autopsie contredit celui de la police scientifique.

Selon le médecin légiste, il n’y avait pas de sang dans les narines de Floribert Chebeya au moment de l’autopsie, alors que le rapport de la police scientifique qui relève que le sang coulait des narines de Chebeya et son cou tournait dans tous les sens lorsque son corps a été découvert. Ce qui laisse supposer une torsion du cou.

Le rapport de l’autopsie, réalisée dix jours après la découverte du corps, indique que le cou n’a pas subi de torsion.

Face à ces contradictions, le ministère public et les parties civiles exigent une contre-expertise.

Suspicions

L’officier du ministère public et les parties civiles ont estimé que la levée du corps sans vie de Floribert Chebeya à Mitendi sans l’autorisation du procureur de la république est un acte suspect. Les deux parties se disent convaincues qu’il y a eu des personnes chargées d’effacer les traces du crime et ces dernières ont effectivement joué ce rôle là, sans les désigner nommément.

Autre fait suspect, d’après les parties civiles : elles s’étonnent que le major Christian Ngoyi, en cavale, qui habitait sur la même avenue que feu Chebeya puisse payer mensuellement 550 dollars américains de loyer sans difficulté lorsqu’on connaît le train de vie d’un policier congolais.

Sur ce point, la défense a fait remarquer à la Cour que ses clients ne sont pas concernés par la reconstitution des faits sur le terrain, jeudi 24 février, chez Christian Ngoy et à Mitendi. Lors de cette visite, ont fait valoir les avocats de la défense, le prévenu Daniel Mukalay et ses coaccusés n’ont pas été autorisés à descendre de leurs véhicules et participer à l’inspection des lieux.

Les relevés téléphoniques de John Numbi

Les parties civiles reprochent à l’entreprise de téléphonie cellulaire Vodacom d’avoir dissimulé beaucoup d’appels et de SMS sur les relevés téléphoniques du général John Numbi, le chef de la police suspendu. Floribert Chebeya avait un rendez-vous la veille de sa mort avec le Général Numbi, selon la veuve du disparu.

L’expert de Vodacom a promis de vérifier de nouveau ces relevés, indiquant qu’il s’agit plutôt d’un dysfonctionnement informatique.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner