Lubumbashi: l’Eglise catholique déplore le manque d’éducation civique des militants

Une vue des militants de l'UDPS lors du meeting d'Etienne Tshisekedi, le 30/07/2011 à Lubumbashi.Une vue des militants de l’UDPS lors du meeting d’Etienne Tshisekedi, le 30/07/2011 à Lubumbashi.

Une vue des militants de l'UDPS lors du meeting d'Etienne Tshisekedi, le 30/07/2011 à Lubumbashi.

L’Evêque du diocèse de Kilwa Kasenga regrette les affrontements survenus le week-dernier, à Lubumbashi, entre sympathisants de l’Udps d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba et de l’Unafec de Gabriel Kyungu wa Kumwanza. Selon des sources, ces affrontements ont fait plusieurs blessés et d’importants dégâts matériels. Pour Mgr Fulgence Muteba, c’est le signe visible d’un manque d’éducation civique des militants des partis politiques.

Mgr Fulgence Muteba déplore que ni les partis politiques, ni le gouvernement, ni la communauté internationale ne financent l’éducation civique de la population.

« L’éducation civique est un préalable très important mais qu’on tend à négliger », déplore le prélat avant d’ajouter:«Je suis étonné de constater qu’il y a plutôt un engouement pour l’observation électorale. Mais, on vient observer des gens qu’on n’a pas assez formés ».

Il ya deux semaines, l’évêque de Kilwa Kasenga avait organisé un important culte interreligieux pour la tenue des élections apaisées au Katanga.

 Un culte qui s’était déroulé sur le parvis de la Cathédrale Saint-Pierre et Paul de Lubumbashi en présence des dirigeants des partis politiques ainsi que d’autres responsables religieux.

Monseigneur Muteba espère que «les choses vont se passer dans le sens de l’engagement pris [par les responsables des partis politiques] lors de ce culte interreligieux».

Il rappelle tout de même à ces dirigeants politiques qu’ils sont tenus de respecter le code de bonne conduite.

Les militants de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec) et ceux de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) se sont affrontés lors du lancement de la campagne électorale du parti d’Etienne Tshisekedi dans la ville cuprifère.

Des témoins ont fait état de plusieurs personnes blessées et d’importants dégâts matériels.

Le lendemain de ces affrontements, le gouverneur de province a appelé les deux partis à plus de tolerance. «Tout le monde est libre de battre campagne à n’importe quel endroit de la ville pourvu que le calme règne», a affirmé Moise Katumbi Chapwe.

Il a aussi demandé aux responsables de ces deux formations politiques de sensibiliser leurs partisans pour éviter ce genre d’incidents à l’avenir.

Les incidents entre partis politiques à Lubumbashi ont commencé dès le début de la campagne électorale. Des affiches de campagne et drapeaux de partis politiques sont déchirés, des chansons pleines de haines et d’injures entonnées, et des discours incendiaires diffusés par les médias.

Des dérives qui ont poussé la Ceni à réagir. Le secrétaire exécutif provincial de la Ceni/Katanga, Eddy Mutomb, a appelé les concernés à éviter la violence et à modérer leur discours.

Lire aussi sur radiookapi.net

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner