Mbandaka : les députés invitent Joseph Kabila à s’impliquer dans la crise à l'Assemblée provinciale

Siège de l'Assamblée provinciale de la province d'Equateur.Siège de l’Assamblée provinciale de la province d’Equateur.

Siège de l'Assamblée provinciale de la province d'Equateur.

Le député Henri-Thomas Lokondo a demandé mardi 15 mai l’implication du chef de l’Etat Joseph Kabila pour faire appliquer l’invalidation du mandat du président de l’Assemblée provinciale de l’Equateur. Selon une quarantaine de députés provinciaux, le président de cette institution, Gaston Kiliyo, est réputé démissionnaire pour avoir quitté, selon eux, son parti politique. Ce dont se défend l’incriminé.

Sur invitation du ministre de l’Intérieur, Richard Muyej, les parties impliquées dans cette crise se sont rencontrées lundi 14 mai à Kinshasa. L’entrevue n’ayant abouti à aucun compromis, les députés ont tenu un point de presse le lendemain pour demander l’implication du chef de l’Etat.

Selon le député Lokondo, « monsieur Kiliyo, élu du MLC, s’était présenté aux dernières élections législatives comme candidat du parti politique ADH ».

« La constitution dit que le député national, le sénateur, le député provincial, qui quitte délibérément son parti politique durant la législature, est réputé avoir renoncé à son mandat parlementaire obtenu dans le cadre dudit parti », a-t-il affirmé.

Thomas Lokondo soutient que « la majorité des députés » ayant exigé l’invalidation de leur actuel président, il revient au chef de l’Etat, « en sa qualité de garant du fonctionnement régulier des institutions de l’Etat, de s’impliquer afin que la constitution soit simplement appliquée et respectée ».

Depuis l’ouverture de la session le 16 avril dernier à l’Assemblée provinciale de l’Equateur, aucune plénière n’a été organisée, ni aucune session convoquée.

D’après les députés, c’est le bureau de l’Assemblée provinciale qui bloque les travaux dans le but de sauver le président de cette institution.

De son côté, le bureau rétorque que le climat de tension qui règne parmi les députés ne permet pas de convoquer des plénières.

Une Assemblée provinciale confisquée, selon le MLC

Réagissant à la crise qui sévit au sein de l’Assemblée provinciale de l’Equateur, le Mouvement de libération du Congo (MLC), de Jean-Pierre Bemba, a dénoncé « la confiscation de cette assemblée ».

À travers une déclaration politique, le MLC exige le rétablissement de la légalité au sein de ce parlement provincial.

Une légalité que Thomas Luhaka, secrétaire général de ce parti, conditionne par l’invalidation des mandats de tous les députés provinciaux ayant démissionné de leurs partis respectifs.

En janvier dernier, le bureau de l’Assemblée provinciale du Kasaï Oriental a annoncé l’invalidation du mandat de dix-huit députés provinciaux, dont le rapporteur.

Il leur était aussi reproché d’avoir délibérément quitté les partis politiques aux noms desquels ils avaient reçu mandat pour siéger au parlement provincial. Ces députés avaient été par la suite réintégrés à l’Assemblée provinciale.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner