Kampala: le sommet des chefs d’Etat des Grands Lacs se penche sur le financement de la force neutre

De gauche à droite: Les présidents du Rwanda Paul Kagame, de la Tanzanie Jakaya Kikwete, de l’Ouganda Yoweri Museveni et de la RDC Joseph Kabila à l’ouverture du sommet des chefs d’Etat de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs à Kampala, le 7 août 2012. Photo Droits tiers.

Les Chefs d’Etat membres de la Conférence internationale des pays de la région des Grands Lacs (CIRGL) vont de nouveau se retrouver, ce vendredi 7 septembre à Kampala, en Ouganda.  Le sommet va se pencher sur le mandat et le financement de la Force internationale neutre appelée à lutter contre les groupes armés au Nord-Kivu.

Avec notre envoyée spéciale à Kampala, Gisèle Kaj

Les onze chefs d’Etat membres de la CIRGL sont attendus dans la capitale ougandaise, a assuré, jeudi, le coordonnateur national (RDC) de cette organisation, Hamuli Kabaruza.

Les discussions entamées, jeudi, par les sept ministres du comité de Défense mis en place lors dernier sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CIRGL, ont porté essentiellement sur les mécanismes pour rendre opérationnelle cette force internationale neutre et instituer un comité conjoint de vérification de la frontière entre le Rwanda et la RDC. A ce stade, aucun officiel n’a été en mesure de fixer l’opinion sur les principales propositions des résolutions que les chefs d’Etat vont valider.

Mais, au niveau des experts de cette organisation, un certain optimisme semble se dessiner quant aux conclusions positives de ces assises. Léonard Mukobo, expert du Congo Brazzaville, a déclaré :

«Je crois qu’il faut espérer. Je suis personnellement convaincu que cette force internationale neutre se mettra en place. Au stade actuel, les choses ont suffisamment avancé dans le bon sens.»

Lors du précédent sommet de Kampala, les 7 et 8 août derniers, les discussions sur les modalités pratiques du déploiement de cette force avaient achoppé sur sa nature et sa composition. Les discussions étaient difficiles entre la RDC et le Rwanda. Kigali voulait une force régionale, alors que Kinshasa plaidait pour une force internationale qui agirait sous un mandat modifié de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (Monusco) qui est présente dans le pays depuis plus d’une décennie.

La force internationale neutre vise à combattre les groupes armés dans l’est de la RDC dont les rebelles du M23 que Kinshasa accuse Kigali de soutenir et les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda présentes dans l’est de la RDC.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner