Recrutement dans les FARDC: l’opération se poursuit en Province Orientale et au Maniema

Le chef d’état major général Didier Etumba montre les nouveaux insignes militaires aux officiers FARDC

L’opération de recrutement des jeunes au sein des Forces armées de la RDC (FARDC) se poursuit dans le district de l’Ituri (Province Orientale). A ce jour, deux cents candidats se sont enrôlés en trois semaines sur les mille cinq cents attendus dans ce district. Des sources locales indiquent que certains jeunes éligibles à ce processus justifient leur réticence par les mauvaises conditions de vie des militaires congolais. A Kindu, le recrutement se déroule plutôt bien.

D’autres jeunes craignent également d’être envoyés directement au front dans les Kivu où sévissent les rebelles du M23 et ceux des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Pour inciter davantage de jeunes à s’enrôler, le chef de la délégation militaire en chargé du recrutement en Ituri, le colonel Désiré Lobho  a déclaré que le but de ce recrutement n’est pas d’envoyer les nouvelles recrues directement au front mais de rajeunir les effectifs des FARDC.

«L’objectif de ce recrutement est de remplacer les militaires qui ont vieilli par des jeunes qui sont recrutés. Ces derniers ne seront pas envoyés au front mais plutôt au Centre d’inscription à Kisangani », a expliqué le colonel Désiré Lobho.

Il a également invité les jeunes à rejoindre les FARDC  afin de défendre l’intégrité territoriale et participer au développement social et économique du pays.

Si le recrutement ne se déroule pas comme l’espéraient les responsables militaires en Ituri, à Kindu, chef-lieu du Maniema, le processus se déroule plutôt mieux. Mercredi denier, le nombre de nouvelles recrues dans les rangs des FARDC est passé d’une vingtaine à 54 en un jour.

Le chef de la délégation chargée de recrutement à Kasongo (Maniema), colonel Bushiri Heradi, a déploré le fait que de jeunes gens qui veulent servir sous le drapeau sont intoxiqués par «des politiciens de mauvais goût » qui les en dissuade.

«Au début l’évolution était bonne et après il y a eu une campagne d’intoxication menée par quelques officiers au niveau de Kasongo. J’ai essayé de remonter le moral à ces jeunes gens et maintenant ça va bien », a déclaré le colonel Bushiri Heradi.

Aucune femme n’a encore été recrutée à Kasongo. Parmi les recrues, on compte un jeune gradué, ancien préfet des études à l’Institut de Kayuyu dans le secteur de Wakabangu II en territoire de Pangi (Maniema).

John Kumbi Bangila invite les autres jeunes à emboiter son pas, estimant que la province du Maniema n’est pas suffisamment représentée dans l’armée.

A deux semaines de la fin de cette opération, Maniema ne compte jusqu’à ce jour que cinquante quatre recrues sur deux mille cinq cents attendues, soit 2,16%.

L’état-major général des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a lancé depuis le début du mois d’août l’opération de recrutement des jeunes congolais âgés de 18 à 25 ans sur toute l’étendue du pays.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner