Un groupe de personnalités plaide pour que la Monusco applique réellement son mandat en RDC

Un casque bleu à l’Est de la RDC en janvier 2003. Photo Don John Bompengo

Un groupe de personnalités, dont l’ancien président français Jacques Chirac et l’ambassadrice de la Fondation Danielle Mitterrand, Valérie Trierweiler, compagne de l’actuel président français, a plaidé mardi 25 décembre pour une résolution des Nations unies permettant aux casques bleus de la Monusco d’appliquer réellement leur mandat en RDC. Dans une tribune publiée le jour de noël dans le journal français Le Monde, ces personnalités affirment que l’horreur a franchi un nouveau degré ces derniers jours dans ce pays.

Parmi les vingt signataires de cette tribune figurent notamment l’ancien boxeur champion du monde Mohammed Ali, l’ancien président du Conseil Constitutionnel français Robert Badinter, la ministre française de la francophonie Yamina Benguigui, l’ancien président sénégalais et secrétaire général de la francophonie Abdou Diouf, de même que le Congolais Denis Mukwege, un gynécologue qui se consacre à la réparation des organes génitaux des femmes violées.

Ces signataires qualifient le M23 de « groupe d’escadron portant de beaux uniformes et brandissant des armes neuves, faisant des incursions à Goma, semant la terreur dans sa périphérie, ravageant et tuant ».

« Ils violent par centaines de milliers les femmes et les enfants pour terroriser la population. Ils violent pour détruire. Ils violent pour arracher à jamais les identités. Et les enfants qu’ils n’ont pas massacrés, ils les enrôlent de force », affirment-ils.

Ces personnalités dans divers domaines déplorent que le drame qui se joue en ce moment au Kivu, à l’Est de la RDC, ait déjà fait des millions de morts et de millions de vies dévastées.

Un drame que la communauté internationale pourrait arrêter à l’instant, selon eux, en donnant l’ordre aux dix sept mille soldats de la Monusco de faire leur métier et d’appliquer réellement leur mandat, leur métier de soldat et leur mission étant de garantir la paix et la dignité de l’espèce humaine.

Pour cela, pensent-ils, il faudrait une résolution du Conseil de sécurité qui permettrait aux casques bleus d’agir.

L’Est de la RDC est envahi depuis plusieurs mois par divers groupes armés qui pillent ses ressources et agressent les populations civiles.

En novembre dernier, la rébellion du M23 s’est emparée de la ville de Goma, capitale du Nord-Kivu, avant de s’en retirer une semaine plus tard suite à la pression de la communauté internationale, dont la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL).

Le gouvernement congolais a accepté d’entamer des pourparlers aves les rebelles du M23 à Kampala, sous l’égide du président ougandais, Yoweri Museveni, président en exercice de la CIRGL.

Ce dialogue, interrompu pendant les fêtes de fin d’année, devrait reprendre le 4 janvier 2013.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Kampala: le M23 exige la signature d’un cessez-le-feu avant la poursuite du dialogue

Kampala: le facilitateur suspend les négociations jusqu’au 4 janvier

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Mots-clés populaires

RDC (184)
Ceni (105)
Elections (73)
FARDC (55)
Kananga (41)
Cholera (36)
Monusco (36)
Police (30)
élection (25)
Kasaï (24)
Beni (23)
Kinshasa (23)
Léopards (23)
ADF (23)
Grève (22)