RDC : la VSV et l’Asadho réclament « l’arrêt immédiat » des pourparlers de Kampala

Munyonyo, cadre qui accueille les pourparlers entre le gouvernement et le M23 à Kampala/ Photo Innocent Olenga-Radio Okapi.

La Voix des sans voix (VSV) et l’Association africaine pour la défense des droits de l’homme (Asadho) réclament « l’arrêt immédiat » des négociations qui se tiennent à Kampala (Ouganda) entre le gouvernement congolais et les rebelles du M23. Dans une déclaration commune faite jeudi 24 janvier à Kinshasa, ces deux ONG de défense des droits de l’homme estiment que seul un dialogue national peut mettre fin à la crise sécuritaire dans l’Est de la RDC.

« La VSV et l’Asadho sont convaincues que seul le dialogue réunissant toutes les Congolaises et les Congolais est à même de mettre fin à ce qui se passe dans le pays », a déclaré le directeur exécutif adjoint de la VSV, Rostin Manketa.

Ces deux associations appellent les Congolais à se mobiliser contre toute tentative de partage du pouvoir par la violence et les armes et recommandent « l’ouverture rapide » des négociations inter congolaises.

« Nous en appelons au président de la RDC de formaliser cela à travers un acte juridique qui puisse réellement consacrer le cadre de ce dialogue auquel toutes les forces vives, sociale et politiques, devront impérativement prendre part », a ajouté Rostin Manketa.

Au cours de son message de vœux à la nation, le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, avait promis l’organisation « dès le début de l’année 2013 d’un cadre pour les échanges entre toutes les forces vives de la nation », appelant à la cohésion nationale pour mettre fin à la guerre qui sévit dans l’Est du pays.

Depuis le mois de mai 2012, la province du Nord-Kivu est en proie à la rébellion du M23, composée de mutins de l’armée congolaise. Ces rebelles sont en pourparlers avec le gouvernement congolais depuis le mois de décembre à Kampala.

Samedi 19 janvier, les Forces acquises au changement (Fac), une plate-forme de l’opposition a demandé au gouvernement congolais de mettre fin à ces discussions de Kampala « pour céder la place à un vrai dialogue, franc et inclusif ».

Pour cette plate-forme, les concertations de Kampala donnent l’impression que le langage des armes est le mieux écouté en RDC.

Human right watch, une ONG britannique a aussi condamné la léthargie observée à Kampala depuis le début des négociations. Dans sa lettre adressée le mardi dernier à la présidente de la Commission de l’Union africaine, elle a mentionné que « les pourparlers entre le M23 et le gouvernement congolais semblent offrir des perspectives incertaines et ont fait jusqu’ici très peu de progrès ».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ebola (97)
RDC (89)
Ceni (85)
Elections (77)
élection (53)
FARDC (43)
Beni (41)
Monusco (40)
ADF (26)
Caf (25)
Opposition (24)
Vclub (24)
MLC (23)
Léopards (21)