RDC: l’épouse de Diomi Ndongala dénonce les conditions de détention de son conjoint

Eugène Diomi Ndongala Nzomambu. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

L’épouse du député national de l’opposition Eugène Diomi Ndongala déplore les conditions de détention de son époux à la prison de Makala à Kinshasa. Elle a déclaré ce jeudi 16 mai que son conjoint fait l’objet des traitements « inhumains » depuis la diffusion d’une photo sur un site internet le montrant à côté d’autres détenus « politiques » de la prison.

« Ils font l’objet depuis plus ou moins deux semaines des traitements inhumains, cruels et dégradants à cause de la diffusion d’une photo qui a été publiée où on voit les prisonniers politiques Diomi Ndongala, Mokia, Kikunda. Les personnes que je viens de citer sont privées de droit de sortir de leurs cellules, font l’objet des fouilles violentes. On entre brusquement pratiquement tous les jours dans leurs cellules. On leur jette la nourriture par terre, l’eau et on les laisse comme ça toute la journée », a raconté Patricia Diomi.

L’épouse de l’opposant a également affirmé que son époux « n’a plus de droit ».

Par ailleurs, elle a annoncé qu’elle entamera une grève de la faim ce lundi pour que la procédure judiciaire à l’encontre de son époux soit respectée.

Le député Eugène Diomi Ndongala a été arrêté par la police le lundi 8 avril dernier. Il est poursuivi pour une affaire de viol sur deux mineures.

Trois mois avant son arrestation, l’Assemblée nationale avait levé son immunité pour permettre au Procureur général de la République de le poursuivre. Mais l’opposant a toujours rejeté ces accusations. Il a même intenté un procès devant le Tribunal de grande instance de Matete contre le présumé père des deux filles qu’il aurait violées. Il l’accuse d’imputation dommageable et d’association de malfaiteurs.

Quatre jours après l’arrestation de Diomi en avril, la police a présenté un groupe de treize de personnes suspectées de vouloir attenter à la vie du Président Joseph Kabila et du Premier ministre Matata Ponyo.

Cette bande qui se nommerait « Imperium », selon la police, serait organisée et financée par ce député.

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi avait qualifié cette accusation de « montage fantaisiste et ridicule ».

Diomi Ndongala est le porte-parole de la plate-forme Majorité présidentielle populaire (MPP) qui soutient Etienne Tshisekedi. Cette structure a été créée au lendemain des élections présidentielle et législatives de novembre 2011, à l’issue desquelles Joseph Kabila a été reconduit à la tête de l’Etat. Des résultats que son principal challenger Étienne Tshisekedi a toujours contestés.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires