Nord-Kivu : le vice-gouverneur appelle la population au calme

Des éléments des FARDC au Nord-Kivu (Archives).

Le vice-gouverneur de la province du Nord-Kivu, Feller Lutahichirwa, a appelé lundi 20 mai en début d’après-midi la population au calme, assurant que « la situation est sous contrôle » des Forces armées de la RDC. Il a fait cette déclaration après les affrontements qui ont opposé dans la matinée les forces loyalistes et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) à Mutaho, à 10 kilomètres de la ville de Goma.

« Nous tenons à rassurer la population qu’elle fasse confiance aux FARDC avec nos partenaires. Donc, nous pensons qu’il faudra que la population ne puisse pas céder à l’intoxication et ne pas jouer le jeu de l’ennemi qui est en train de travailler à travers les SMS pour que la population puisse paniquer », a déclaré Feller Lutahichirwa, ajoutant :

« Ce n’est pas parce qu’un mouvement aurait gagné quelques combats par le passé, que ce mouvement serait amené à gagner toujours dans l’avenir. Nous savons que la population de Goma pourrait être facilement victime des rumeurs par crainte de ce qu’elle avait vécu ».

Feller Lutahichirwa a estimé que « l’environnement est différent » de celui qui a prévalu lors de l’entrée des rebelles à Goma en novembre 2012.

« Le temps a fait que l’on puisse tirer des leçons. Quelqu’un peut narguer le monde entier une fois, deux fois, mais pas éternellement », a poursuivi le vice-gouverneur du Nord-Kivu.

Les combats entre les FARDC et le M23 sont les premiers depuis le retrait des rebelles du M23 de la ville au mois de décembre 2012. Ils ont occasionné le déplacement des centaines de personnes vers les camps de déplacés de Mugunga, selon la Monusco.

La mission onusienne a exprimé sa préoccupation face à la reprise des affrontements. Elle indique que des solutions diplomatiques et politiques sont envisagées, déclarant que tous les efforts sont déployés pour contenir et mettre fin à ces affrontements.

Au mois de novembre 2012, le M23 avait occupé la ville de Goma pendant une dizaine de jours.

Les chefs d’Etat de la Conférence internationale de la région de Grands Lacs (CIRGL) avaient demandé aux rebelles de se retirer de 20 kilomètres de la ville de Goma en contrepartie des négociations avec le gouvernement congolais.

Mais pour Feller Lutahichirwa, le M23 ne s’est jamais retiré à 20 km de Goma. «C’est ce manque de discipline des rebelles qui est à la base de ces nouveaux affrontements, a-t-il affirmé».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner