RDC : le M23 prêt à une trêve « pour faciliter » la visite de Ban Ki-Moon à Goma

Les rebelles du M23

Le M23 se dit prêt à cesser immédiatement les hostilités contre l’armée congolaise «pour faciliter» la visite du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon à Goma (Nord-Kivu) jeudi. Son chargé de communication, Amani Kabasha, cité par l’AFP, a déclaré, mercredi 22 mai dans la soirée, que son mouvement exige « une trêve formalisée par un accord de cessez-le-feu dûment signé par les deux parties et qui permettra la reprise des négociations de Kampala pour aboutir à un accord qui donnera aux Congolais une vraie paix ».

Les rebelles du M23 et les militaires congolais s’affrontent depuis lundi 20 mai à Mutaho, à une dizaine de kilomètres de Goma. Les deux camps ne s’étaient plus affrontés depuis décembre 2012.

Ces combats se sont intensifiés mercredi 22 mai, causant des victimes à Goma où quatre personnes ont été tuées et dix-sept autres blessées par les obus qui sont tombés dans les quartiers Ndosho et Mugunga.

Le M23 réagira « vigoureusement » si la trêve n’est pas respectée par l’armée congolaise, menace Amani Kabasha.

Ban Ki-Moon est arrivé à Kinshasa mercredi , en compagnie du président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. Il a rencontré le président de la RDC, le Premier ministre et les présidents de deux chambres du Parlement congolais.

Il doit se rendre jeudi 23 mai à Goma, puis au Rwanda et en Ouganda, et enfin en Ethiopie.

La France condamne la reprise des combats

La France a condamné mercredi 22 mai la reprise depuis lundi des hostilités entre le M23 et les FARDC, a affirmé le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot, cité par l’agence chine nouvelle.

« Elle [la France] renouvelle son soutien à la mission des Nations unies (MONUSCO), qui a pour mandat principal de défendre les populations civiles dans cette région troublée, et appelle au déploiement dans les meilleurs délais possibles de la nouvelle brigade d’intervention, conformément à la résolution 2098, votée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU le 28 mars », a poursuivi Philippe Lalliot.

Il a, en outre, rappelé la position française en faveur de la mise en œuvre de l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC, qui a été signé le 24 février dernier à Addis-Abeba par onze pays africains.

Philippe Lalliot a également salué la mobilisation des Nations unies sur ce dossier, évoquant notamment le déplacement imminent en RDC du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, en compagnie de son envoyée spéciale pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson, et du président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (85)
Ebola (83)
RDC (74)
Elections (70)
élection (63)
FARDC (49)
Beni (44)
Monusco (41)
Opposition (32)
ADF (32)
FCC (29)
Vclub (26)
Caf (23)
Léopards (22)
Linafoot (20)
Mazembe (19)