Concertations nationales : l’UNC insiste sur les conditions posées par l’opposition

Une vue extérieure du siège de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) à Kinshasa, 17/03/2011. Radio Okapi / Photo Bompengo

L’Union pour la nation congolaise (UNC) a appelé mercredi 7 août Léon Kengo wa Dondo à respecter les préalables posés par l’opposition pour participer aux concertations nationales. A l’UNC, on estime que «le président du Sénat s’est permis d’aller au-delà de ce qui avait été arrêté par l’ensemble de l’opposition dont fait partie l’UFC». Lundi 5 août, les présidents de l’Assemblée nationale Aubin Minaku et du Sénat Léon Kengo wa Dondo, qui dirigeront ces concertations, avaient annoncé la tenue imminente de ce forum.

«Cette démarche cavalière, nous ne l’avons pas du tout appréciée. Nous nous en tenons à nos préalables tels qu’acceptés également par l’UFC [ndrl: le parti de Léon Kengo]», a déclaré mercredi Jolino Makelele, le président interfédéral de l’UNC.

Mais l’UNC à l’instar d’autres partis de l’opposition veut que la majorité au pouvoir s’engage à ne pas initier la modification des articles de la constitution qui limitent le nombre et la durée des mandats du Président de la république.

Parmi les préalables posés par l’opposition, Jolino Makelele cite notamment la constitution d’une commission paritaire technique chargée de préparer ce dialogue. Il parle aussi de la convocation d’une tripartite opposition-majorité-société civile.

« Nous avons également exigé une médiation internationale. Nous avons aussi demandé que la partie MP [Majorité présidentielle] prenne un engagement devant la nation de ne pas toucher aux articles verrouillés de la constitution, en vue d’asseoir la cohésion nationale », rappelle-t-il.

Annoncées par le président Kabila en décembre 2012, les concertations nationales visent à « créer la cohésion nationale » face à la guerre dans le Nord-Kivu. En juin dernier, il a signé une ordonnance créant ces concertations dont la direction a été confiée aux présidents de deux chambres du parlement.

Concertations inter-katangaises

Les partis politiques membres de la Majorité présidentielles (MP) du Katanga estiment que les concertations nationales sont le seul cadre pouvant apporter des solutions aux problèmes qui se posent présentement en RDC. Mais avant la tenue de ces assises, ils exigent l’organisation des concertations inter-katangaises pour préparer leurs cahiers des charges.

 «La MP attend de ces assises le renforcement de la cohésion nationale, seul préalable pour assurer l’intégrité territoriale et le développement à tous égards de notre cher et beau pays», a déclaré Me Flory Okandju Okonge, porte-parole de la MP du Katanga.

«La MP Katanga désapprouve toutes les élucubrations de certains compatriotes en mal de repositionnement en lieu et place de la paix tant recherchée par notre peuple, gage du développement durable de la RDC», a-t-il conclu.

Si l’opposition accuse la majorité de vouloir modifier la constitution pour permettre à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat, certains ténors de la majorité voient dans la démarche des opposants une manœuvre pour obtenir des postes de responsabilité dans les institutions publiques.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner