Nord-Kivu: la société civile s’inquiète de la situation humanitaire à Pinga

Les éléments d’un groupe d’autodéfense populaire de Lemera dans les moyens
plateaux d’Uvira, à Mulenge, Sud-Kivu année 2012. Radio Okapi/Ph. Fiston NGOMA

Quelques jours après la suspension des activités de Médecins sans frontières (MSF) à Pinga (Nord-Kivu), la société civile locale a lancé, mardi 13 août, un «message d’alerte» au gouvernement concernant la situation humanitaire qui s’est dégradée dans la cité depuis les derniers combats entre miliciens. MSF/Hollande a décidé de suspendre ses activités à Pinga le 9 août dernier. Le personnel local de cette ONG a été évacué sur Goma. 

L’ONG a expliqué que cette décision faisait suite aux menaces proférées contre son personnel.

Salomon Tchandi, membre de la société civile de Pinga, sollicite l’intervention du gouvernement provincial et des humanitaires en faveur de la population de cette zone:

« La situation de la population de la cité de Pinga est vraiment difficile.  Car beaucoup de personnes de la cité, sur le plan sanitaire, étaient prises en charge par MSF/Hollande. Actuellement ces personnes ne sont plus en mesure d’avoir accès aux soins. C’est pourquoi nous demandons [l’intervention] du gouvernement [pour] pouvoir restaurer la paix à Pinga.»

Les habitants de plus de cinq villages avoisinant Pinga, affirme la même source, sont actuellement concentrés dans cette cité, suite à l’activisme des rebelles rwandais des FDLR dans leurs villages.

Cette concentration de la population sans assistance pourrait, selon Salomon Tchandi, faciliter la propagation des maladies comme la diarrhée, déjà signalée à Pinga.

La société civile s’inquiète également de la situation sécuritaire à Pinga avec les menaces d’attaques proférées par les groupes armés.

Depuis les affrontements qui ont opposé les combattants de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) à ceux du chef Maï-Maï Tcheka le 5 août dernier, les populations locales vivent dans la peur d’une éventuelle reprise des hostilités.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner