Rutshuru: des habitants dénoncent les restrictions de mouvements imposées par le M23

Des déplacés fuyant la cité de Rutshuru-centre après sa chute entre les mains des rebelles du M23, le 8 Juillet 2012. © MONUSCO/Sylvain Liechti

Des habitants du territoire de Rutshuru au Nord-Kivu se disent «pris en otage» par les rebelles du M23 depuis bientôt dix mois. Selon plusieurs témoignages dans la région, la rébellion contrôle et surveille tous les mouvements de la population locale.

A Kiwanja, rapportent des habitants, tout attroupement de plus de cinq personnes, tout contact avec « une personne non identifiée » par les services de renseignement du M23 sont interdits.

Il en est de même pour les réjouissances populaires et des réunions socio-professionnelles, qui doivent être autorisées 48 heures avant leur tenue par les cadres de la rébellion.

Les pasteurs, de leur côté, ne se sentent plus libres dans l’exercice de leur ministère. Parfois les thèmes de prêche dans les églises sont proposés par des cadres du M23, ont révélé quelques prédicateurs à Kiwanja.

Cette situation aurait conduit, selon eux, à l’assassinat d’un pasteur de cette cité il y a deux mois. La victime se serait opposée à une telle proposition, la jugeant contraire à la «volonté du Saint Esprit».

Certains habitants de Rutshuru-centre, Kiwanja, Kalengera, Burai, Kako et Rubare se disent «étouffés par une administration qui se  distingue par des actes des tuerie, viols, pillages et enlèvements».  Ils disent fonder leur espoir sur l’issue heureuse des concertations nationales de Kinshasa et des pourparlers de Kampala entre le gouvernement congolais et le M23.

Fin août dernier, des sources locales avaient dénoncé une disposition de la rébellion du M23 restreignant les mouvements des civils dans toute la zone sous son occupation, entre Kiwanja et Kibumba. Aucun mouvement de voyageurs n’était autorisé d’aller vers Rwindi, au nord; Tongo à l’ouest ou Goma au Sud. Conséquence : une centaine de passagers en provenance du Grand Nord vers Goma étaient restés bloqués à Rutshuru pendant plusieurs jours.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner