RDC: Joseph Kabila annonce la formation imminente d’un gouvernement de cohésion nationale

Le président de la RDC, Joseph Kabila à la cérémonie de clôture des concertations nationales, le 5 octobre 2013. Photo Monuc/M. Asmani.

« Un gouvernement de cohésion nationale sera bientôt mis en place », a annoncé mercredi 23 octobre le président de la RDC, Joseph Kabila qui s’exprimait devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès. Le chef de l’Etat congolais a dévoilé une série de mesures qui répondent aux recommandations formulées lors des concertations nationales qu’il a convoquées le mois dernier à Kinshasa.

Devant les sénateurs et députés, Joseph Kabila a déclaré :

«Je vous annonce que, dans le cadre de ma politique d’ouverture, prônée depuis mon investiture, un « Gouvernement de cohésion nationale » sera bientôt mis en place. Il comprendra aussi bien des représentants de la Majorité que ceux de l’Opposition et de la société civile et aura pour missions prioritaires le rétablissement de la paix et de l’autorité de l’Etat à travers le pays, la consolidation de la cohésion nationale, la poursuite de la reconstruction, l’appui au processus de décentralisation et à l’organisation des élections, et l’amélioration des conditions sociales des populations.» 

Pour assurer le suivi des mesures qu’il a prises à la suite des recommandations des concertations nationales, Joseph Kabila a mis sur pied un « comité national de suivi des recommandations nationales ». Cet organe d’un mandat d’un an, renouvelable autant de fois qu’il le faut, est placé sous la direction des présidents de deux chambres du Parlement qui ont codirigé les Concertations nationales.

Par ailleurs, selon le chef de l’Etat, «des dispositions vont être prises afin de procéder au rapatriement des dépouilles mortelles de l’ancien Président de la République, Mobutu Sese Seko, et de l’ancien Premier ministre, Moïse TSHOMBE, en accord avec leurs familles respectives

Pourparlers de Kampala

Concernant les pourparlers de Kampala entre le gouvernement congolais et les rebelles du M23, le chef de l’État congolais a rappelé que « prévues pour quelques semaines, ces discussions durent depuis déjà 10 mois sans perspective immédiate des conclusions ».

Il a saisi l’occasion pour indiquer que « le gouvernement congolais ne peut pas transiger sur les conditions d’amnistie et de réintégration dans l’armée des récidivistes impénitents », soulignant qu’il restait « ouvert au dialogue » pour résoudre ce conflit déclenché dans l’est de la RDC depuis mai 2012.

Quant aux autres groupes armés nationaux et étrangers que les Concertations nationales ont recommandé d’éradiquer, Kabila dit « souscrire sans réserve » à cette exhortation.

« Ils doivent déposer les armes et se rendre ou ils y seront contraints par la force », a prévenu Joseph Kabila qui a salué “la montée en puissance des Forces armées de la RDC”.

Le président Kabila a par ailleurs promis de poursuivre la réforme du secteur de sécurité qui reste « la priorité des priorités ».  L’accent sera mis notamment sur la formation, la dotation des forces armées en équipements adéquats et le « principe de rotation sur l’ensemble du territoire national pour les Forces armées de la RDC ».

S’agissant des violences sexuelles et de l’enrôlement des enfants dans le groupes et forces armées, Joseph Kabila a annoncé qu’un « représentant personnel du chef de l’État chargé de promouvoir la lutte contre violences sexuelles et le recrutement des enfants dans les groupes armés » sera bientôt nommé.

Cette personnalité sera l’interlocuteur des institutions internationales qui œuvrent dans ce secteur.

Grâce présidentielle pour les civils

Le président Kabila a aussi répondu à la recommandation des concertations nationales sur la libération de certains détenus.

Il dit avoir « signé ce matin une ordonnance portant mesure de grâce pour les civils ». Les militaires détenus sans jugement ou condamnés mais éligibles à la grâce présidentielle devront attendre la loi d’amnistie dont le projet sera bientôt transmis au Parlement.

«Quant aux compatriotes détenus à la Cour Pénale Internationale, ainsi que devant d’autres juridictions à travers le monde, au nom de la réconciliation nationale et du droit des citoyens à la protection consulaire, je charge le gouvernement de faire le suivi de leurs dossiers», a encore annoncé Joseph Kabila.

Vous pouvez suivre le discours intégral de Joseph Kabila:

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.


Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner