Nord-Kivu: Martin Kobler plaide pour une meilleure prise en charge de 4 000 ex-miliciens à Bweremana

Martin Kobler, le nouveau patron de la Monusco/Ph. Nations unies Mark Garten

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu en RDC, Martin Kobler, demande que les standards humanitaires, hygiéniques et sanitaires soient respectés dans le site de transit des ex-combattants en phase de démobilisation à Bweremana, une localité du territoire de Masisi, située à environ 50 Km de la ville de Goma au Nord-Kivu. Il l’a dit après sa visite mercredi 18 décembre soir dans ce site qui accueille déjà environ quatre mille ex-combattants et leurs familles.

« Bweremana est un site de transit seulement. Il est important que ces ex-combattants soient transférés rapidement dans les centres proprement dits pour leur démobilisation et intégration », a réagi le patron de la Monusco.

En attendant, Martin Kobler propose que leurs conditions de vie et leurs rapports avec les populations locales soient améliorés:

«Il faut avoir de la nourriture. Il faut avoir une situation de santé qui est assez bien. Je crois qu’il faut faire quelque chose peut être avec le soutien de la Monusco et l’hôpital d’ici. Ce sont plus de quatre mille personnes. Il faut améliorer leur situation. Nous allons discuter avec le ministre de la Défense du programme DDR. Leur réinsertion dans la vie civile, c’est la chose la plus importante. »

Pour les autorités locales, le nombre des ex-combattants à Bweremana «dépasse de loin» celui des habitants du quartier où ils sont cantonnés. La population locale est estimée mille habitants seulement.

Ces ex-miliciens attendent leur intégration au processus de leur Démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR III). Ils ont accepté de déposer les armes à l’appel du gouvernement congolais et sont issus de plusieurs groupes Maï-Maï actifs dans la région.

Ils ont été regroupés à Bweremana depuis un mois. Leur présence prolongée risque de poser des problèmes de cohabitation avec la population locale, redoutent les autorités locales.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner