Attaques sur Kinshasa : « Il faut une enquête sérieuse », estime l’opposant Martin Fayulu

Des éléments de Fardc en patrouille non loin de la RTNC, la télévision publique attaquée le 30/12/2013 dans la matinée des jeunes gens armés. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

«Il faut une enquête sérieuse, il faut que le gouvernement apprenne à rendre compte aux citoyens», a réagi lundi le député de l’opposition Martin Fayulu à la triple attaque des jeunes armés contre les sièges de la télévision publique, de l’état-major général de l’armée et de l’aéroport international de N’djili à Kinshasa. Le président des Forces acquises au changement (Fac) estime que qualifier ces assaillants de « terroristes » revient à faire preuve de « légèreté ».

Lire aussi: Kinshasa : des coups de feu entendus aux environs de la télévision publique

« Les évènements de ce jour nous troublent d’autant plus qu’on nous a dit ici qu’il y avait la cohésion nationale et que les concertations avaient réussi à mettre les Congolais ensemble et nous nous avons dit que ce n’était pas le cas et aujourd’hui on vient de démontrer qu’il n’y a pas cohésion nationale », a déclaré Martin Fayulu.

L’opposant fait partie des élus qui ont boycotté les concertations nationales convoquées en octobre dernier par le président Kabila en vue de trouver la cohésion nationale face à la crise persistante dans l’est de la RDC. Il a estimé en outre que le fait de qualifier ces assaillants de « terroristes » relève  de la légèreté. Martin Fayulu a affirmé à ce sujet:

« Que monsieur Mende, porte-parole du gouvernement dise que ce sont des terroristes qui sont venus et qu’on a tué ces gens là ; pas dire que les gens sont morts mais qu’on a tué. Donc, c’est l’État congolais qui devient un État terroriste ou ce sont ces gens là qui sont des terroristes? Que veut dire terroriste ? Est-ce qu’il nous a expliqué qu’au Congo il y avait des groupes terroristes qui existaient et qu’on avait identifiés ou pas ? Nous trouvons que c’est une légèreté.

On ne peut pas commencer à jouer avec des mots pour présenter une situation aux Congolais qui avaient leur quiétude troublée. Donc, nous nous disons qu’il y a un sérieux problème, le gouvernement nous doit des explications ».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner