RDC: les députés de l’UDPS saisissent le ministre de l’Intérieur sur l’arrestation de Bruno Kabangu

Des membres de l’opposition congolaise assistent, à la cérémonie des hommages de deux militants de l’UDPS tués lors d’une protestation contre la police, à cause de l’attaque du siège de leur parti politique. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Les députés nationaux du groupe parlementaire UDPS et Alliés ont rencontré jeudi 9 décembre  le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej au sujet du secrétaire fédéral de l’UDPS/Kasaï-Oriental arrêté la semaine dernière à Mbuji-Mayi  et transféré au  cachot de l’Agence nationale des renseignements (ANR) à Kinshasa. Après l’audience, Samy Badibanga, président de ce groupe parlementaire a déclaré avoir obtenu l’accord de rendre visite au détenu. Sur place à Mbuji-Mayi, les activités ont repris après la tension due à la répression de la marche projetée par l’Union pour la démocratie et le progrès social. 

«On voulait bien savoir ce qui s’était réellement passé, dans quel état [Bruno Kabangu, le cadre de l’UDPS arrêté] se trouve et quelle sera la suite de ce problème. Et nous avons pu parler des autres membres de notre parti qui subissent pas mal des tracasseries», a expliqué Samy Badibanga.

Au cours de cette rencontre, selon la même source, le ministre Muyej a donné la parole à l’administrateur de l’ANR. «Ce dernier nous a présenté les faits. Il nous a rassurés qu’on  soupçonnait  certaines choses [dans le chef de M. Kabangu] et qu’ils ont eu l’impression que ce n’était pas tout à fait ça», a rapporté le député Badibanga.

Les membres du groupe parlementaire UPDS et Alliés ont indiqué avoir également obtenu l’accord d’aller rendre visite à leur collaborateur arrêté.

Reprise à Mbuji-Mayi

Pendant ce temps, les activités ont repris dans presque toute la ville de Mbuji-Mayi. Le marché de la Muya (Est) a rouvert ses portes à la mi-journée. La situation a été aussi calme du côté de l’Ouest de la ville.

La ville s’est réveillée sous tension provoquée l’étouffement, par les forces de l’ordre, de la marche projetée par les représentants de l’Union pour la démocratie et le progrès social. Une vingtaine de responsables de ce parti de l’opposant Etienne Tshisekedi, venus pour une audience à la Monusco, ont été dispersés par la police à coups de balles.

Quelques personnes ont été aussi interpellées, dont le président sectionnaire de la jeunesse de l’UDPS Dibindi. C’est devant le bureau de la Monusco que ce dernier a été arrêté par la police, qui refusait tout attroupement sur la ville.

La circulation était difficile dans la partie Est de la ville. Tôt le matin, les habitants ont assisté à une présence remarquable des éléments de la Police nationale congolaise (PNC) et des FARDC. Cette présence d’hommes en uniformes était très visible particulièrement aux sièges de l’UDPS dans les communes de la Muya et de Dibindi ainsi que dans certains lieux névralgiques de la ville.

Déjà mercredi soir les policiers étaient passés au marché de Dibindi pour sommer les vendeurs à ouvrir leurs boutiques ce matin.

Les responsables de l’UDPS demandent à la Monusco de s’impliquer pour la libération de Bruno Kabangu Kabatshi.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Mots-clés populaires

RDC (113)
Elections (87)
Ceni (85)
Ebola (73)
FARDC (43)
Beni (26)
Monusco (26)
CPI (22)
Linafoot (21)
élection (21)
FCC (21)
Division I (19)
MLC (19)