Transport en commun : le contrôle technique boudé à Kinshasa

Des taxis bus de marque Mercedes pour le transport en commun sur le boulevard du 30 juin le 20/04/2012 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Aucun véhicule de transport en commun ne s’était encore présenté dans l’un des trois centres agréés par l’autorité provinciale pour effectuer leur contrôle technique obligatoire. Le gouvernement avait accordé un moratoire de 45 jours, à partir du 22 janvier, à ces véhicules, notamment aux taxis-bus de marque Mercedes 207, pour remplir cette obligation. Cinq jours après, les trois centres affirment n’en avoir encore vu aucun.

Les propriétaires de ces véhicules sont tenus de les soumettre au contrôle technique, les peindre aux couleurs du drapeau national et contracter une police d’assurance automobile.

Pour ce qui est du contrôle technique, deux centres privés et un centre public ont été agréés à Kinshasa. Ce sont :

- Le centre Trinity 3, au pavillon 19 de la Foire internationale de Kinshasa, à Lemba ;
- La Société congolaise de contrôle technique, dans l’enceinte du bureau de l’Office des routes, sur l’avenue des poids lourds, à Kingabwa ;
- Le centre public de formation de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP), à la 11ème Rue Limete.

Pour le directeur technique de Trinity 3, Jupile Alentum, les Mercedes 207 risquent de ne jamais se présenter à ce contrôle technique.

«L’objectif visé est d’obtenir le certificat de contrôle technique. Connaissant déjà l’état de départ de leurs véhicules, [Les propriétaires des 207] savent qu’une fois sur place, nous allons déceler les anomalies et qu’ils n’auront pas le certificat de contrôle technique», a-t-il expliqué.

De son côté, un formateur du centre de contrôle technique de l’INPP, King Kikuni, affirme que l’état du véhicule n’est pas le seul facteur à prendre en compte dans les efforts pour l’amélioration de la sécurité sur la route.

«Parmi les origines d’accidents, il y a la trilogie : l’homme, la route et le véhicule. L’engin peut être bien contrôlé, passer au contrôle tous les 6 mois, mais si vous le confiez entre les mains d’un individu qui n’est pas passé par l’auto-école, qui n’a pas été recyclé, il y aura toujours le danger d’accident», a-t-il soutenu.

Les propriétaires des 207 devront débourser 65 dollars pour le contrôle technique. En y ajoutant les frais de peinture et le coût de l’assurance, le tarif tout compris devrait atteindre 1 300 dollars américains, sans compter les diverses réparations qui seront imposées à chaque véhicule à la suite de ce contrôle technique.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Kinshasa : nouveau sursis de 45 jours pour les « 207 »

Charles Bisengimana : «l’interdiction de circulation des 207 va s’étendre à d’autres communes»

Kinshasa: la mesure contre les Mercedes 207 maintenue

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (176)
Ebola (60)
FARDC (52)
Beni (36)
Kinshasa (35)
Ceni (32)
Monusco (31)
FCC (28)
élection (26)
Yumbi (25)
Sécurité (25)
Corruption (23)
Caf (22)
Mazembe (22)
UDPS (22)
Linafoot (22)