La police disperse une marche des étudiants contre les expulsions de Brazzaville

Patrouille de la Police Nationale Congolaise(PNC). Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

La police a dispersé mercredi 7 mai une marche des étudiants de l’Université de Kinshasa qui manifestaient contre l’expulsion des ressortissants de la RDC de Brazzaville. Alors qu’ils se dirigeaient vers le Rond-Point Ngaba, les manifestants qui ont commencé leur marche sur le campus universitaire ont été dispersés à coup de gaz lacrymogènes. Ils ont déploré cette réaction de la police.

« C’était au niveau du CNPP. On a vu subitement une équipe de policiers bien armés avec des gaz lacrymogènes. Il y a eu même des tirs de balles », relate un étudiant.

Ce dernier regrette que « dans un pays démocratique » une « marche pacifique » soit dispersée par la police au lieu d’être encadrée.

Ces étudiants, plusieurs centaines environ, accusent les autorités de la RDC de « passivité » dans le dossier des expulsions de ses ressortissants de Brazzaville. Ils dénoncent également les traitements infligés à ces expulsés.

« Nous sommes en train d’exprimer notre mécontentement par rapport à la manière dont nos frères congolais d’en face sont en train de déguerpir nos frères. Même s’il faut chasser les gens qui vivent dans l’irrégularité, il y a des normes et des procédures à suivre pour le faire », explique un autre étudiant qui se dit étonné de voir le gouvernement de la RDC « rester perplexe par rapport à ce comportement ».

Cet étudiant demande au chef de l’Etat congolais de mettre fin à ces expulsions qui se déroulent dans « des conditions très déplorables ».

Les étudiants ont regretté que leur marche ait été dispersée alors qu’ils comptaient se rendre à l’Assemblée Nationale pour déposer un mémorandum au sujet de ces expulsions.

Interrogé par Radio Okapi, le recteur de l’Université de Kinshasa a affirmé que cette marche avait été interdite par l’autorité publique. Ce qui explique, selon lui, l’intervention de la police. Le professeur Labana invite les étudiant au calme et à se concentrer sur leurs activités académiques.

Selon le gouvernement congolais, 72 731 Congolais de la RDC ont déjà été refoulés du Congo-Brazzaville.

Kinshasa a déploré le mardi 6 mai les exactions, extorsions, tortures et lynchages subis par ces expulsés « de la part de certains éléments de la police et des bandes de jeunes xénophobes de la République du Congo-Brazzaville ».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner