RDC: Moïse Katumbi demande le retour des casques bleus à Pweto

Moise Katumbi, gouverneur de la province du Katanga le 29/6/2011 à Lubumbashi. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Plus d’une semaine après le retrait des casques bleus égyptiens du territoire de Pweto au Katanga, le gouverneur de cette province, Moïse Katumbi, plaide pour leur retour dans la zone. Selon lui, l’insécurité persiste au Nord du Katanga, le grand défi demeure aussi l’épineuse question des déplacés internes dont le nombre s’élève à 500 000 personnes.

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de casques bleus jeudi 29 mai à Lubumbashi, Moïse Katumbi Chapwe a déclaré:

«J’ai demandé au chef de bureau de la Monusco à Lubumbashi, s’il y a moyens, de parler avec le Représentant [du secrétaire général des Nations unies en RDC] qui est à Kinshasa afin de nous renvoyer encore ces troupes du côté de Pweto ; du côté Triangle de la mort».

Le triangle mort est une zone constituée des territoires de Pweto, Mitwaba et Manono où la population civile subit quotidiennement les exactions des groupes armés.

Lire aussi: Katanga: 350 cas de violences sexuelles répertoriées dans le « Triangle de la mort »

Le gouvernement provincial a investi plus ou moins 10 millions de dollars américains dans la sécurité, a-t-il indiqué, reconnaissant que «l’armée est en train de faire un grand travail, mais ça ne suffit pas».

«Le problème que nous avons aujourd’hui, c’est la prise en charge de cinq cent mille déplacés de guerre. Heureusement nous avons des partenaires au niveau de Ocha qui sont en train de nous aider», a déclaré le gouverneur du Katanga.

Il a par ailleurs appelé le gouvernement central à appuyer les efforts déjà déployés au niveau local pour prendre en charge ces déplacés.

«Jusque là, sur un budget  de plus ou moins 12 millions de dollars qu’on a mis pour ces déplacés, on a eu une contribution du gouvernement central de 200 000 dollars», a précisé Moïse Katumbi.

La Monusco reste préoccupée par la situation sécuritaire dans la partie Nord de la province du Katanga, avait affirmé le porte-parole militaire intérimaire de la Monusco, Kebere Pamphile, mercredi 28 mai au cours de la conférence hebdomadaire des Nations unies à Kinshasa. La menace ayant sensiblement baissé dans la région de Pweto, selon lui, le gros du travail se focalise pour l’instant sur le Sud de Manono.

Les Casques bleus égyptiens déployés en renfort à Pweto se sont retirés, il y a quelques jours, après deux mois passés sur place. Cette unité d’intervention avait été déployée mercredi 5 mars dans ce territoire.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner