Elections: les «envoyés spéciaux» demandent à la Ceni de publier le calendrier global

Mary Robinson, envoyée spéciale du secrétaire général de l’Onu pour la région des Grands Lacs et Martin Kobler, patron de la Monusco le 4/09/2013 à Kinshasa, lors d’une conférence de presse. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les envoyés spéciaux de la communauté internationale dans les Grands lacs plaident pour la tenue des élections dans le délai constitutionnel, soit entre 2014 et 2016. Dans une conférence de presse tenue mardi 3 juin à Kinshasa, ils ont demandé à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de publier un calendrier électoral global, allant des élections locales à la présidentielle.

La Ceni a publié lundi 26 mai le calendrier des élections municipales, urbaines et locales. La Majorité présidentielle a salué cette publication alors qu’une frange importante de l’opposition estime que l’exécution de ce calendrier pourrait entrainer une prolongation de la présidentielle au-delà de 2016.

L’envoyé spécial de l’Union européenne dans les Grands lacs, Koen Vervaeke, a indiqué que les élections en RDC, est un rendez-vous crucial pour la région. Il a également insisté sur la nécessité que les élections congolaises soient indépendantes et qu’elles se déroulent dans le délai constitutionnel.

Une position soutenue par Boubacar Diara, l’envoyé spécial de l’Union africaine:

«Nous souhaitons que les élections programmées pour l’année 2016 se passent conformément aux principes de la démocratie».

L’envoyé spécial des Etats-Unis, de son côté, a estimé qu’il serait une erreur grave pour la RDC de modifier la constitution en vue d’accorder un troisième mandat à Kabila.

Paix dans l’Est

Les ambassadeurs de la communauté internationale ont également salué les avancées que le gouvernement congolais a enregistrées dans le rétablissement de la paix dans l’Est du pays notamment avec le succès militaire des FARDC sur les rebelles du M23, des ADF et d’autres groupes armés.

Ces envoys spéciaux ont par la suite réaffirmé leur détermination à poursuivre la traque des forces négatives et de veiller au respect des recommandations de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, signé en février 2013.

Ils proposent au gouvernement congolais dappliquer l’option militaire dans le cadre de l’opération «sokola » si les ADF ne se rendent pas à l’armée régulière.

« Pas d’ingérence »

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende a indiqué que le chef de l’Etat qui a reçu les envoyés spéciaux leur a demandé de poursuivre leur périple dans tous les pays signataires de l’accord-cadre d’Addis-Abeba.

«Il faut que tous les pays qui ont des responsabilités dans la région des Grands lacs puissent exécuter les engagements qu’ils ont librement pris à Addis-Abeba», a souligné Joseph Kabila cité par Lambert Mende.

Selon le porte-parole du gouvernement, le président Kabila a réitéré sa mise en garde aux envoyés spéciaux contre toute tentative de s’ingérer dans les affaires de politique intérieure de la RDC notamment celle liée aux élections.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner