Les députés du Nord-Kivu ne veulent pas de FDLR dans cette province

Le Caucus des députés du Nord-Kivu invite le gouvernement et ses partenaires au respect des conventions internationales en matière de cantonnement des réfugiés. Dans une déclaration faite mercredi 2 juillet au Palais du peuple à Kinshasa, ces élus demandent que les combattants des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) qui ont volontairement déposés les armes  soient acheminés en dehors de leurs anciennes zones d’influence que sont le Nord et Sud Kivu.

Le cantonnement des FDLR près de la frontière rwandaise pourrait servir de prétexte pour le retour de la guerre dans la région, estime le député Juma Balikwisha, président du caucus de députés du Nord-Kivu.

«Le cantonnement ne dérange pas. Mais les conventions internationales disent clairement que les réfugiés doivent être cantonnés très loin de la frontière. Ce qui pose problème s’ils sont cantonnés dans le Nord Kivu, c’est à la proximité avec le Rwanda», explique-t-il.

Lire: Désarmement des FDLR : l’option militaire reste sur la table, selon le général Wafy

Pour le député Juma Balikwisha, les FDLR doivent être cantonnés loin de Beni, une zone opérationnelle puisque les FARDC mènent des opérations contre les rebelles ougandais ADF ainsi que d’autres groupes armés qui sèment la terreur dans ce territoire.

Il craint notamment une coalition entre ces différentes forces qui pourraient causer davantage de problèmes.

«Vous vous souviendrez même en 94, les FDLR se sont retrouvés non loin du Rwanda, notamment à Mugunga, à Goma et tout ça, c’est ce qui a généré la guerre de l’AFDL. Leur présence effectivement servirait de prétexte», a-t-il insisté.

Déjà, dans une déclaration faite dimanche 29 juin à Kinshasa, les députés nationaux élus de Beni s’étaient opposé au cantonnement des rebelles rwandais des FDLR dans ce territoire du Nord-Kivu.

Selon le député Grégoire Kiro, la présence de ces rebelles risque de mettre à mal le processus de pacification de Beni, déjà en proie à l’activisme de groupes armés.

Ces députés avaient promis de s’opposer par tous les moyens pacifiques à toute tentative de cantonnement de ces miliciens aux alentours de Beni.

«De nombreuses sources à Beni parlent de l’implantation imminente FDLR dans la périphérie de cette ville », avait déclaré dimanche le député Kiro.

Officiellement, le gouvernement congolais n’a pas encore annoncé la destination finale de ces FDLR.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner