Nord-Kivu: 160 ex-otages des ADF livrés à eux-mêmes à Beni

Des familles dans un camp de déplacés à l’Est de la RDC, en janvier 2003. Photo Don John Bompengo

Environ 160 ex-otages des rebelles ADF vivent, depuis quelques jours, dans une situation humanitaire déplorable dans le territoire de Beni, à environ 350 km au Nord de Goma (Nord-Kivu). La société civile de Beni indique que ces personnes ne bénéficient, depuis leur retour de captivité, d’aucune assistance des autorités, ni des organisations humanitaires. L’administrateur du territoire de Beni, Amisi Kalonda dit n’avoir aucun moyen pour les assister.

Beaucoup de ces ex-otages sont malades, présentent des signes de malnutrition sévère et souffrent de traumatisme pour avoir vécu des atrocités, a précisé l’ONG Convention pour le respect des droits de l’homme (CRDH).

Cette structure indique que les femmes et les jeunes filles évadées des mains des rebelles ougandais ont été utilisées comme esclaves sexuelles et la plupart sont admises aux soins à l’Hôpital général d’Oicha.

«Nous avons reçu quatre femmes qui sont venues avec des grossesses. Mais aussi, la majorité des femmes et des jeunes filles ont été violentées. Elles ont vécu des situations terribles dans la brousse. Ces ex-otages ont fourni des informations selon lesquelles, on égorgeait les membres de leurs familles en leur présence, on décapitait leurs corps et on les préparait avec la viande de chèvre. Et, on leur exigeait de manger la chair humaine. Il faudrait qu’il y ait des hommes de bonne volonté pour intervenir pour la détraumatisation de ces ex-otages», a déclaré Jean-Paul Paluku Ngongondi, président de CRDH.

Ces ex-otages se sont échappés lors de la destruction des quartiers généraux des ADF par les FARDC à travers l’opération « Sokola », (en français, Nettoyez) lancée en collaboration avec les casques bleus. Mais, des centaines d’autres personnes sont toujours en captivité dans la brousse.

Lire aussi: Beni: environ 280 otages ont été libérés

Jeudi, la chef de la section de la protection de l’enfant de la Monusco, Dee Brullenburg, a appelé l’armée congolaise à organiser une opération «Sokola Sauvetage» pour retrouver toutes les personnes que les ADF abandonnent dans la brousse de Beni. Des femmes et des enfants font partie de ces personnes qui errent sans assistance, affirme-t-elle.

De leur côté, les casques bleus de la Mission onusienne pour la stabilisation en RDC (Monusco) sont déjà mobilisés pour retrouver ces personnes.

«Nous sommes tous mobilisés pour pouvoir sauver, au plus tôt, les vies de ces innocents. Que les personnes qui peuvent être en contact avec ces gens-là, qui savent éventuellement où ils se cachent, guident nos patrouilles à pieds, de manière à ce qu’elles aillent auprès de ces gens et ramènent un certain nombre à la sécurité», a plaidé le général Jean Baillaud, le commandant-adjoint des Forces de la Monusco.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner