RDC: l’Ituri accueille des déplacés fuyant les atrocités des ADF à Beni

Les populations fuyent leurs villages à cause des combats entre les FARDC et les groupes rebelles à Sake au Nord-Kivu le 30 avril 2012. © MONUSCO/Sylvain Liechti

Des centaines de déplacés en provenance du Nord-Kivu affluent depuis samedi 18 octobre dans le district de l’Ituri (Province Orientale). Selon le chef de poste d’encadrement administratif de Komanda, ces personnes, constituées essentiellement des femmes et des enfants, arrivent en petit groupes pour s’installer dans diverses localités des territoires d’Irumu et de Mambasa. Elles fuient les dernières attaques des présumés rebelles ougandais des ADF à Eringeti à la limite entre le Nord-Kivu et l’Ituri. Ce mouvement de population  inquiète la société civile locale qui dit craindre l’infiltration de certains éléments ADF parmi ces déplacés pour déstabiliser le district.

C’est depuis samedi dans l’avant midi que le mouvement de déplacés en provenance des localités d’Eringeti et Otmaber dans la province du Nord-Kivu est perceptible dans le territoire d’Irumu. Le chef d’encadrement administratif de Komanda, Tondana Pakirabo, indique que ces déplacés arrivent en petits groupes, certains à pieds avec de bagages sur la tête et d’autres à bord de  véhicules.

(Re)Lire : Nord-Kivu : une nouvelle incursion des présumés ADF fait 22 morts à Eringeti

Tondana Pakirabo précise que la plupart d’entre eux sont hébergés dans des familles d’accueil à Komanda. D’autres se dirigent vers Bunia et Mambasa, à plus de 200 kilomètres au sud-ouest de Bunia.

Selon les témoignages de certains usagers de l’axe routier Bunia-Luna, de  nombreux autres déplacés  trainent encore en route.

Pour sa part, le coordonnateur  de la société civile de l’Ituri, Jean Bosco Lalo, appelle à un encadrement et un contrôle strict de ces déplacés pour éviter l’infiltration des certains rebelles des ADF dans ce district:

«Parmi ceux qui viennent, on ne sait pas qui sont des civils, parce que parmi eux on peut avoir aussi des ADF. Vous êtes au courant qu’il y aurait un [rebelle ADF] qu’on a retrouvé à Mambasa. Alors, il faut que tous ceux qui viennent comme déplacés que leur mouvement soit contrôlé  et qu’ils soient gérés.»

Le commissaire de district de l’Ituri dit ne pas connaître le nombre de ces déplacés pour prendre des dispositions utiles. 

D’après la société civile de Beni, plus de quatre-vingt personnes ont été tuées en un mois par des présumés rebelles des ADF.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner