Martin Kobler: «Les FDLR ont deux mois et six jours pour déposer les armes»

A l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée lundi à la situation en République démocratique du Congo, le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Martin Kobler, a averti les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) qu’en cas d’échec du processus de désarmement d’ici le 2 janvier, « une action militaire » contre les éléments réfractaires de ce mouvement serait « inévitable ».

« Les FDLR ont deux mois et six jours pour déposer les armes, et ce, de manière inconditionnelle », a dit M. Kobler. « Le 2 janvier, il n’y aura plus d’excuse pour expliquer des retards supplémentaires ».

Selon lui, la crédibilité de l’ONU, du gouvernement congolais et de la région est en jeu. Il a aussi exhorté le gouvernement de la RDC à accélérer la mise en œuvre du programme de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) afin de réintégrer les ex-combattants du Mouvement du 23 mars (M23).

M. Kobler a également mis en garde contre les agissements des Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé qui a récemment commis un massacre de civils dans le Nord-Kivu.

« Contre ces forces, seule une action ferme est efficace et permettra de restaurer la confiance de la population à l’égard des forces armées (congolaises) et de la Mission des Nations Unies (MONUSCO) », a assuré M. Kobler. « Les opérations conjointes des Forces armées et de la Mission contre ce groupe sont le seul moyen de mettre fin au fléau de la terreur ».

Scott Campbell

S’agissant de l’expulsion du Chef du Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme, Scott Campbell, par le gouvernement de la RDC, M. Kobler a exhorté ce gouvernement à revenir sur sa décision et « à faire cesser les intimidations et menaces contre le personnel de la MONUSCO ».

Il a rappelé que le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme chargé de documenter les violations graves des droits des Congolais n’avait pas pour vocation d’affaiblir et de porter préjudice au gouvernement. Ses activités, au contraire, servent à renforcer la bonne gouvernance et les engagements pris au titre de l’Accord-cadre sur la paix, la sécurité et la coopération.

Saïd Djinnit: « C’est maintenant que nous devons agir »

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, a également jugé qu’il fallait « accélérer les progrès, particulièrement en ce qui concerne la neutralisation totale des forces négatives opérant dans l’est de la RDC, notamment les FDLR et les Forces démocratiques alliées, ainsi que la mise en œuvre des Déclarations de Nairobi sur le processus de désarmement des M23 ».

Il a souligné la nécessité de continuer à faciliter les conditions d’un désarmement volontaire des FDLR « tout en débutant un processus crédible grâce auquel une pression militaire pourrait être exercée après la fin de la date-butoir fixée contre les éléments refusant de rendre leurs armes ». « C’est maintenant que nous devons agir », a insisté M. Djinnit. « Tout échec à la neutralisation des FDLR à temps ne fera qu’exacerber les tensions, affaiblir notre crédibilité collective et mettre l’Accord-cadre en danger ».

Avec le Centre d’actualités de l’ONU

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner