Mbuji-Mayi : les militants de l'UDPS relâchés après 24h de détention

En arrière plan, le secrétaire général de l’UDPS, Jacquemin Shabani et ses collaborateurs ce 21/07/2011 à Kinshasa, lors d’une conférence de presse. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

La police a relâché mardi 27 janvier les militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti d’Etienne Tshisekedi, arrêtés la veille à Mbuji-Mayi (Kasaï-Oriental). Les douze membres de la ligue de jeunes de l’UDPS étaient accusés d’avoir planifié des actions de troubles à l’ordre public pour la journée de lundi. Le gouverneur de province, Alphonse Ngoyi Kasanji, affirme avoir accédé à la demande des responsables de l’UDPS, dans le souci de préserver la paix dans la province du Kasaï-Oriental.

Selon lui, l’intention de ces jeunes était de s’en prendre aux institutions de la province.

«La journée de lundi était programmée journée ville morte. Il y avait des actions programmées au sein de l’UDPS pour troubler l’ordre public. Heureusement que la police a mené des opérations à 5h du matin et a fini par arrêter ces jeunes gens avec des bouteilles remplies d’essence et de fil pour incendier le palais de justice, le gouvernorat de province et l’Assemblée provinciale », a accusé le gouverneur.

Alphonse Ngoyi Kasanji explique que le président de la fédération de l’UDPS à Mbuji-Mayi s’est engagé à ne pas permettre que de telles choses ne se produisent.

« [Il] a dit, si ces choses se répètent, arrêtez-moi. Comme il a donné cette caution, je lui ai dit que je reviens encore à vous avec ma main tendue, ma main de paix. Je veux demander à la police de vous remettre ces enfants. Il faut les rééduquer de manière à ce qu’ils soient de bons enfants pour notre société», a ajouté le numéro un provincial.

Le président de l’UDPS Mbuji-Mayi, Denis Kalombo, a dit sa reconnaissance au gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji pour cette libération. Il s’est engagé à parler à ses jeunes, en interne.

L’UDPS avait accusé lundi la police d’avoir arbitrairement interpellé 40 de ses militants à Mbuji-Mayi.

A en croire le président de ce parti à Mbuji-Mayi, ces jeunes auraient été emmenés, vers 3 heures du matin, au Commissariat provincial de la police, où ils seraient soumis à la torture.

Des accusations qu’avait rejetées la police.​

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner