L'Etat congolais prêt à céder ses parts dans 7 entreprises mixtes


Siège du Portefeuille à Kinshasa

Cette action rentre dans le processus de son désengagement des entreprises, selon le Copirep, structure technique chargée de la reforme des entreprises publiques. L’Etat se désengagera en particulier dans la Cimenterie de Lukala et dans la Société de développement forestier.

A côté de Cilu et de la Sodefor, il est prévu, selon les sources du Copirep, que l’Etat cède ses parts dans le pétrolier Cobil, dans Congo Chine Telecom, et Tourhotels, une société de tourisme et d’hôtellerie.

Les plantations et huileries du Congo ainsi que les chemins de fer des Uele sont aussi concernés.

L’Etat cédera-t-il la totalité de ces actions ? Peut-être la moitié d’abord dans certaines sociétés, comme il l’a fait avec la cimenterie nationale, affirme une source du ministère du portefeuille.

Pour la plupart de ces entreprises, l’expression canard boiteux leur colle à la peau depuis plusieurs années.

 La cession d’actions ne déchargerait pas seulement l’Etat mais lui fournirait quelques millions de dollars. Une structure est déjà créée pour  s’occuper de ces fonds.

Beaucoup de syndicalistes contactés estiment qu’un montant important de ces fonds devrait servir à payer les droits des travailleurs : arriérés et  décomptes finals des employés dont la plupart attendent  la retraite.

 Outre les cessions, le gouvernement entend faire une concession. C’est celle de céder, pour quelques années, la Société Sidérurgique située à Maluku à un partenaire privé pour sa relance.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner