Pourquoi le riz Bumba se fait rare à Kinshasa

Le riz de montagne, communément appelé “riz Bumba”,  devient de plus en plus rare sur le marché. A Kinshasa notamment où l’essentiel de la production était vendue, ce riz a disparu laissant la place au riz importé qui inonde le marché. Qu’est-ce qui explique la rareté du riz Bumba ces derniers temps? Décryptage.

Le  “riz Bumba” doit cette appellation au territoire de Bumba, dans la province de l’Equateur, d’où il est produit. Autrefois, ce territoire était considéré comme le grenier dela RDC. Maisces derniers temps, à Kinshasa comme à Mbandaka, le riz Bumba est devenu rare.

Selon l’inspecteur de l’Agriculture du territoire de Bumba, plusieurs raisons expliquent cette rareté. L’inspecteur Maurice Lihau en évoque quelques-unes:

« A l’époque, explique-t-il, le service de l’Agriculture était encadré par l’administration du territoire. Ce qui n’est plus le cas actuellement. De plus, les entreprises qui achetaient de grandes quantités de riz ne le font plus ».

En fait, dans les années 80, les entreprises Scibe, Nogueira, Griza et Socam ratissaient les villages pour acheter des sacs de riz paddy décortiqué auprès des paysans et les évacuer, par bateaux, vers les grands centres de consommation tels que Kinshasa.

A l’époque, la production atteignait plus 500 mille tonnes par an. Les guerres que le pays a connues, depuis 1996, ont beaucoup affecté la filière riz dans le territoire de Bumba. Malgré le retour de la paix, précise l’Inspecteur de l’Agriculture Maurice Lihau, la production varie entre 85 mille à 110 mille tonnes de riz par an.

Une grande quantité de cette production est achetée par la société Socam qui la revend aux deux brasseries de la RDC,la Bralima et la Bracongo pour la fabrication de la bière. A en croire ce technicien du service de l’agriculture, bien que la production reprenne du poil de la bête ces dernières années, elle n’a pas la même ampleur que par le passé.

 « Ce riz est davantage consommé par les populations locales. Et les paysans producteurs ne font plus de gros bénéfices comme par le passé. », explique Maurice Lihau.

Une bonne partie de la production du riz Bumba n’est pas évacuée vers les grands centres de commercialisation à cause du mauvais état des routes de desserte agricole.

Selon Papy Ekwa, président de l’Association des commerçants de Bumba, le riz Bumba continue à être écoulé vers Kinshasa. Mais son absence sur le marché actuellement est dû au fait que la récolte du paddy n’a pas encore commencé.

« La récolte doit intervenir au mois d’août 2011 et la campagne d’achat ne pourra commencer qu’à partir du mois d’octobre 2011 », a-t-il affirmé.

Autre explication à la rareté du riz Bumba constatée ces derniers temps sur le marché, indique l’Inspecteur de l’Agriculture, le PAM (Programme Alimentaire Mondial) a acheté une grande quantité de la production pour nourrir les Congolais (RDC) qui ont trouvé refuge au Congo Brazzaville à la suite de l’insurrection de Dongo à l’Equateur en novembre 2009.

Selon le PAM, 1. 600 tonnes de riz Bumba ont été commandées en 2011 pour nourir ces réfugiés. De cette quantité, 500 tonnes ont été livrées jusqu’au mois d’août 2011.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner