Avec la rétrocession, le Katanga serait plus développé, affirme son ministre des Finances

Une vue du marché Mzee Kabila à Lubumbashi (RDC). Ph. Radio Okapi

Le Katanga n’a reçu que 65 millions de dollars américains sur les 460 millions promis par le gouvernement central comme frais de rétrocession en 2014. C’est qu’a révélé Christian Mwando, ministre des Finances de cette province, mercredi 14 janvier à Lubumbashi. Sur la période 2004-2007, a-t-il indiqué, sa province a enregistré plus de 2 milliards de dollars américains de « manque-à-gagner » sur cette rétrocession. Pour lui, cet argent aurait permis au Katanga de se développer davantage.

« Si ce manque-à-gagner n’existait pas, la province du Katanga aurait pu être 10 fois meilleure que ce qu’elle est aujourd’hui », a estimé Christian Mwando.

Pour le ministre des Finances, une province comme le Katanga a besoin d’au moins 3 milliards de dollars américains par an pour travailler pour son développement.

« Aujourd’hui, nous sommes autour de 450 millions de dollars par an. Presque 7 fois moins que ce que nous aurions dû avoir », a-t-il souligné.

A son article 175, la constitution de la RDC dispose que la part des recettes à caractère national allouées aux provinces est établie à 40%.

Mais cette rétrocession des 40% des recettes nationales aux provinces peine encore à être mise en œuvre par le gouvernement national.

En juin 2014, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, réclamait la rétrocession de 5 millions de dollars américains, soit 40% des recettes mensuelles de cette province, estimées à 14 millions de dollars américains.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner