Création d’une brigade d’intervention pour lutter contre les groupes armés en RDC

Le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté, jeudi 28 mars, la résolution 2098 créant au sein de la Monusco et pour une durée d`une année, une brigade spéciale chargée de combattre et neutraliser les groupes armés actifs opérant dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Cette brigade spéciale d’intervention sera formée de trois bataillons d’infanterie, assistés d’une compagnie d’artillerie et d’une compagnie de reconnaissance et de forces spéciales. Selon le secrétaire général adjoint de l’Onu chargé des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, cette brigade comptera 3 069 hommes, venus d’Afrique du Sud, de Tanzanie et du Malawi. Interrogé au sujet des moyens dont va disposer la brigade, le diplomate onusien a avoué qu’il faudrait des équipements supplémentaires, notamment des hélicoptères. Pour lui, ces engins de surveillance aérienne « auront une mission cruciale pour informer la Monusco et la brigade d’intervention, pour leur permettre de voir qui fait  quoi ». « Ça sera une aide à la décision et je voudrai croire que ça aura un effet de dissuasion », a ajouté le secrétaire général adjoint des Nations unies. Au sujet de cette brigade, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) demande au Conseil de sécurité des Nations unies d’accroître les mesures de protection des populations civiles, en prévention des effets collatéraux qui découleraient des opérations de la brigade d’intervention. Pour Florent Gel, responsable du bureau Afrique de la FIDH, Il ne faut pas mettre au sein d’un conflit un acteur armé supplémentaire sans accroître les mesures de protection dont bénéficient la population, les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes. Pour sa part, Me Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine des droits de l’homme (Asadho) souhaite qu’au sein de la brigade d’intervention, « il y ait quelques militaires qui puissent s’occuper de faire le monitoring des cas de violation des droits de l’homme qui découleraient des opérations qui vont avoir lieu ».

  • Comment analyser cette  décision du Conseil  de sécurité ?
  • La  mise en place de cette brigade d’intervention pourrait-elle être une solution pour la pacification de  la RDC ?

Invités:

  • Madnodje Mounoubai, Porte-parole de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la Rdc (Monusco).
  • François Nzekuye, Député national de la majorité présidentielle et cadre du parti politique Pprd.
  • Justin Bitakwira, Député national de l’opposition et président du groupe parlementaire Unc et alliés à l’Assemblée nationale.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

Vous pouvez laisser votre commentaire ou poser une question en nous écrivant à [email protected]. Vous pouvez aussi nous appeler au numéro (+243) 818906678 ou  au (+243) 818906011, ou encore nous envoyer un SMS  au (+243) 810515778. N’oubliez pas de joindre à tous vos messages un numéro de téléphone (+ le préfixe du pays où vous résidez) pour que nous puissions vous rappeler en cas de besoin. Vous pouvez laisser un commentaire sur la page Facebook de l’émission Dialogue entre congolais-Radio Okapi 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner