Polémique autour de l’organisation des concertations nationales en RDC

Aubin Minaku, élu nouveau président de l’Assemblée nationale congolaise le 12/04/2012 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Certains regroupements politiques et associatifs congolais affirment  avoir été exclus des concertations nationales.

La Société civile du peuple qui revendique l’appartenance en son sein de 150 organisations, regrette l’exclusion de certaines associations de la commission préparatoire des concertations nationales. Cette commission mise en place vendredi 16 août
dernier est composée d’une trentaine de membres issus des partis politiques, de la société civile, des institutions publiques et de la diaspora.

Elle doit rendre ses conclusions ce lundi 19 août au présidium des concertations nationales. Selon Martin Kavundja, président de la Société civile du peuple, «son organisation ne fait pas partie de ces concertations nationales, les enfants des pionniers de l’indépendance non plus n’y sont représentés. Les anciens de Léopoldville, les albinos, les personnes vivant avec handicap, les pygmées autochtones, les grands syndicats de l’administration n’y figurent non plus, ainsi que les vendeurs et les chauffeurs. » 

D’autres regroupements politiques et associatifs refusent tout simplement de prendre part à ces concertations politiques convoquées par le chef de l’Etat. Certains acteurs politiques de l’opposition conditionnent leur participation à ces assises par la prise en compte des revendications de l’opposition. Ils s’opposent à l’idée de faire de ces concertations nationales un lieu de  partage du pouvoir, comme cela a été le cas dans les dialogues précédents.

D’autres acteurs politiques par contre se disent prêts à y prendre part. Il s’agit par exemple du député Bonaventure Serushago, président de l’Apareco, un ancien mouvement armé devenu depuis quatre ans un parti de la majorité présidentielle. Il appelle « tout le monde » à participer à ces concertations pour les parfaire. Selon lui, « l’œuvre humaine n’est jamais parfaite, il faut la parfaire en y allant et en y travaillant ».

  • Quelle analyse  faire  de ces divergences a l’approche de ces concertations ?

Invités :

  • Abbé Richard Mugaruka, Professeur à l’Université Catholique au Congo et analyste politique.
  • Docteur Emmanuel Kabongo, Professeur en philosophie et analyste politique.
  • Professeur Bob Kabamba,  Professeur à l’Université de Liège en Belgique. Il est coordonnateur de la Cellule d’appui politologique en Afrique centrale.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

Vous pouvez laisser votre commentaire ou poser une question en nous écrivant à [email protected].

Vous pouvez aussi nous appeler au numéro (+243) 818906678 ou  au (+243) 818906011, ou encore nous envoyer un SMS  au (+243) 810515778.

N’oubliez pas de joindre à tous vos messages un numéro de téléphone (+ le préfixe du pays où vous résidez) pour que nous puissions vous rappeler en cas de besoin.

Vous pouvez laisser un commentaire sur la page Facebook de l’émission Dialogue entre congolais-Radio Okapi 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner