Delly Sessanga : «On ne peut plus penser que les élections locales vont se tenir»

Delly Sessanga. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le Parlement n’a pas voté le projet de loi sur la répartition des sièges à la clôture de la session extraordinaire de juillet 2015. Un texte qui a été voté par l’Assemblée nationale mais pas adopté au Sénat. Que se passera-t-il sur le plan de droit ? Invité de Radio Okapi lundi 3 août, le député de l’opposition Delly Sessanga évoque deux situations à ce sujet.

« Le premier, il y a eu un non-vote que vous appelez vote à l’Assemblée nationale parce que les annexes ont été exclus du débat, ce qui est une violation de la Constitution. Tous les textes doivent faire l’objet de débat. Deuxièmement, il y a eu vote-rejet du texte au Sénat ».

Mais au-delà du problème juridique, il y a aussi le problème politique. Le calendrier de la Commission électoral nationale indépendante (Ceni) devient ainsi inapplicable, affirme Delly Sessanga qui estime qu’il apparaît logique « qu’on ne peut plus penser que les élections locales vont se tenir et qu’on ne peut plus les organiser».

Suivez son entretien avec Jacques-Yves Molima.​

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner