Bukama: les autorités appellent la population à ne pas tuer les éléphants ravageurs

Buffles et éléphant dans le parc des Virunga, Nord-Kivu, 2004.

L’administrateur du territoire de Bukama (Katanga), Théophile Dhelo, a appelé mercredi 9 octobre les populations vivant dans le couloir qui mène au parc Upemba et par lequel passent les éléphants à ne pas attaquer ces animaux. Cette autorité et son collègue de Malemba Nkulu se sont engagés à sensibiliser leurs populations respectives sur le comportement à adopter face à ces pachydermes qui ne cessent de ravager les champs.

Théophile Dhelo a rappelé l’interdiction stricte d’abattre les éléphants:

«La population locale regrette, parce que les éléphants ont saccagé leurs champs. En attendant l’appui du gouvernement pour déplacer ces éléphants, nous sommes obligés de les protéger. C’est-à-dire qu’il ne faudrait pas laisser le temps aux gens de tuer les éléphants, parce que ce sont des animaux protégés.»

Les éléphants en liberté ont saccagé des champs et tué des gens dans six groupements de la chefferie de Kinkonja.

Malgré ces dégâts, Théophile Dhelo a appelé la population riveraine du parc Upemba au calme:

«On ne peut pas les abattre comme ça. Attendons seulement la suite qui viendra du gouvernement central ou provincial pour refouler ces éléphants vers le parc.»

Le parc national de l’Upemba s’étend sur une superficie de 11 730 km² et constitue le seul endroit en RDC où on trouve des zèbres dans leur milieu naturel.

Selon l’ICCN, les éléphants en divagation fuient leurs milieux inondés dans ce parc et sont à la recherche des terres fermes et du pâturage. Malheureusement, certaines personnes ont construit de maisons sur les couloirs qu’empruntent généralement ces animaux.

Ces derniers avaient détruit environ 12 000 hectares de champs au cours de leur divagation en juillet 2012, selon l’administrateur du territoire de Malembe Nkulu.

En outre, deux personnes avaient été tuées et une autre blessée les 29 et 30 mars 2012 par ces animaux dans ce même territoire. Suite à ces incidents, les autorités provinciales avaient préconisé la délocalisation de ces éléphants.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Nord-Kivu : un habitat d’éléphants au parc des Virunga menacé par le déboisement

RDC : l’USAID dénonce la réduction « dramatique » des éléphants dans les aires protégés

Katanga : 15 hectares des champs de manioc dévastés à Sandoa

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner