RDC: A quoi servent les casques bleus? – Slate Afrique

Un député national en République Démocratique du Congo a fait des déclarations surprenantes sur le rôle de la Mission des Nations unies pour la stabilisation(Monusco). Le doute s’installe sur l’utilité de cette mission jugée inefficace par certains.

«J’accuse la Monusco de tourisme, j’accuse la Monusco de laxisme», charge Zacharie Bababaswe, député national de la République démocratique du Congo, contre l’une des plus grandes missions des Nations unies au monde censée protéger les populations civiles.

Mission qui compte 20.000 hommes avec un budget annuel de 1,5 milliards de dollars par an

«Des hommes armés, surarmés  avec des hélicoptères et des chars», alors que les populations civiles à l’Est de la RDC continuent d’être à la merci des différents groupes armés et rebelles.

Vu les effectifs déployés, la situation sur le terrain contraste avec les priorités affichées par la Missions de l’Organisation des Nations unies en République Démocratique du Congo (Monusco).

«Notre plus grande priorité, c’est toujours la protection des civils. Dans ce sens, avec les Fardc (Forces armés de la RDC), nous essayons de combattre les Fdlr (Forces démocratiques de libération du Rwanda, mouvement rebelle à l’Est de la RDC Ndlr) ainsi que les autres groupes armés qui semblent être impliqués dans ces (les) tueries…», a affirmé, à la radio onusienne en RDC, Roger Meece, chef de la Monusco, le 31 mai à Goma.

La Monusco incomprise

Dans cette ville de Goma et dans plusieurs localités de la province du Nord-Kivu, la protection des civils n’est pas aussi évidente, encore moins efficace comme l’atteste les propos du député, par qui la polémique arrive.

«J’ai un DVD avec des témoignages. C’est incroyable», s’émeut Zacharie Bababaswe. «On a tué, massacré des femmes et des enfants à 20 m des postes de la Monusco. …Dans le territoire de Kalehe, la Monusco a précédé les tueurs des Fdlr. Il y a des militaires  congolais blessés, mais que la Monusco refuse de soigner, parce que ce n’est pas dans leur mission», poursuit le député en colère.

La réaction de la Monusco n’a pas tardé.

Sur un ton ferme, Madnodje Mounoubai, porte-parole de la Monusco a fait savoir que les propos de Zacharie Bababaswe «constituent une insulte à l’endroit des Casques bleus et des pays qui ont accepté d’envoyer leurs filles et garçons en République démocratique du Congo».

Des casques bleus qui se sacrifient pour la stabilisation du pays. En février 2005, 9 casques bleus sont morts en RDC. Janvier 2006, 8 autres trouvent la mort. Après une période d’accalmie, en août 2010 trois casques meurent dans le Nord-Kivu, à l’Est du Congo. Et en mai dernier, 11 autres sont blessés au Sud-Kivu. Comme à chacune des attaques dont sont victimes les casques, il y a souvent des blessés parmi eux.  

Les casques bleus en mai dernier ont été pris à partie par la population en colère. A coup de pierres, cette population du Sud-Kivu protestait contre l’inactivité des soldats de la paix. La population estime que les casques bleus ne font rien pour les protéger des attaques des rebelles des Fdlr toujours actifs dans cette partie de la RDC. Lire la suite sur Slate Afrique.com

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner