Assassinat de Patrice Lumumba : vers un procès en Belgique? - RFI

Par Ursula Soares

La justice belge s’est déclarée compétente, mercredi 12 décembre, pour lancer une enquête sur l’assassinat, en janvier 1961, de Patrice Lumumba, premier chef du gouvernement du Congo-Kinshasa indépendant. Une commission d’enquête belge avait déjà conclu, en 2001, à la « responsabilité morale » de la Belgique dans cet assassinat. Cependant, les héritiers de l’ancien Premier ministre veulent aller plus loin et souhaiteraient que cette enquête puisse permettre de juger ceux qui ont été mêlés à l’opération.

C’est un premier pas que vient de franchir la justice belge, 50 ans après les faits. Ce sombre épisode de l’histoire du Congo commence le jour de son indépendance. Le 30 juin 1960, Patrice Lumumba, alors premier chef du gouvernement, prononce un discours virulent contre la colonisation belge. « Nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire. Hommage aux combattants de la liberté nationale ! Vive l’indépendance et l’unité africaine ! Vive le Congo indépendant et souverain ! » avait-il déclaré lors d’un sévère réquisitoire devant le roi Baudouin de Belgique, lui-même.

La rupture de Lumumba avec l’ancien colonisateur belge est claire. C’est à partir de ce discours, retransmis à la radio, que tout va s’accélérer. Des troubles anti-belges éclatent, poussant la Belgique à dépêcher des troupes dans différentes régions du Congo, notamment au Katanga qui décide de faire sécession, avec le soutien de la Belgique. Les semaines qui ont suivi le discours de Patrice Lumumba finissent aussi de convaincre les autorités belges qu’il faut écarter ce Premier ministre gênant.

Et c’est au moment où le bras de fer politique entre le président congolais, Joseph Kasa-Vubu, et le Premier ministre Patrice Lumumba bat son plein que Joseph Désiré Mobutu – chef d’état-major – prend le pouvoir. Peu de temps après, Lumumba est placé en résidence surveillée et coupé de sa base. Il réussit à s’échapper et essaye de déplacer ainsi ses activités vers Stanleyville (l’actuelle Kisangani) où l’attendent ses fervents partisans. Mais il est arrêté en cours de route. Il finit par être transféré à Elisabethville – l’actuelle Lubumbashi – dans la province du Katanga où une mort certaine l’attendait. C’est dans ce territoire sécessionniste contrôlé par Moïse Tschombe qu’il a été torturé et exécuté le 17 janvier 1961. Lire la suite sur rfi.fr

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (171)
Ebola (55)
FARDC (54)
Beni (37)
Kinshasa (37)
Ceni (32)
Monusco (29)
Yumbi (27)
FCC (27)
élection (26)
UDPS (24)
Linafoot (24)
Sécurité (23)
Corruption (23)
Vclub (22)
Mazembe (22)