RDC : les civils oubliés du « Triangle de la mort » katangais-Jeune Afrique

Dans un rapport publié le 22 avril, l’Ocha lance un cri d’alarme sur la “crise oubliée du Triangle de la mort” au Katanga où, entre les territoires de Manono, Mitwaba et Pweto, miliciens et certains éléments de l’armée régulière congolaise tuent, pillent et violent en toute impunité. Quasiment sous les yeux d’une mission onusienne aux effectifs réduits dans cette partie de la RDC.

Silence, on viole ! « Cinquante femmes et vingt filles ont été séparées de leur famille pendant deux jours par les soldats des FARDC [armée congolaise, NDRL], et violées à plusieurs reprises ». Cette scène rapportée dans le dernier rapport de l’Ocha (Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU), publié le 22 avril, remonte au 29 février 2012 à Shamwana, dans la province du Katanga. Une parmi tant d’autres, qui reflètent selon l’ONU le quotidien des civils pris en otage dans le « Triangle de la mort », zone du Katanga située entre les territoires de Manono, Mitwaba et Pweto.

Dans cette partie « instable » de la RDC, « une population qui ne s’est pas enfuie pendant ou après une attaque des Maï-Maï [les miliciens locaux, NDRL] ne manquera pas de s’enfuir quand les forces armées congolaises essayeront de rétablir l’autorité, car les civils ont peur d’être pris pour des sympathisants des [miliciens] et, par conséquent, d’être pris pour cible », remarquent les acteurs humanitaires cités dans le rapport.

FARDC : “un danger pour les civils”

Des exactions que l’armée régulière tente souvent de ranger dans la catégorie « dommages collatéraux » de la guerre contre les miliciens. Mais aujourd’hui, souligne l’Ocha, « des informations faisant état d’attaques indiscriminées contre les civils, de viols, de pillages et d’incendies des maisons prouvent que certains éléments des FARDC constituent un danger pour la population civile ».

L’agence onusienne reconnaît cependant que ce sont les anciens combattants du seigneur de guerre Kyungu Mutanga alias « Gédéon », arrêté, puis condamné à mort pour crimes contre l’humanité en 2007 et aujourd’hui en cavale, qui sont les « principaux facteurs d’instabilité » dans le nord du Katanga. Sans compter les Kata Katanga, ces autres miliciens sécessionnistes qui réclament l’indépendance de la province minière. Ces derniers, armés d’un AK 47, de flèches et de couteaux, sont même parvenus, le 23 mars, à entrer dans la ville de Lubumbashi, avant de se rendre à la base de la mission onusienne sur place. Lire la suite sur jeuneafrique.com

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner