Le Potentiel : « Rapatriement des FDLR : un cul-de-sac »

Des rebelles des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) dans la forêt de Pinga dans l’Est de la RDC le 06/02/2009. Radiookapi.net

Revue de presse du mardi 30 décembre 2014

Le Potentiel fait le bilan à trois jours de l’expiration de l’ultimatum lancé par la SADC et la CIRGL aux FDLR pour désarmer. Le journal estime qu’aucune évolution n’a été constatée sur le terrain alors que l’on se rapproche de la date fatidique du 2 janvier 2015.

Malgré la promesse des Nations unies de passer à l’offensive après cette date, renseigne le quotidien, François Muamba coordonateur du mécanisme national de suivi de l’Accord d’Addis-Abeba, ne cache plus ses inquiétudes.

Le Potentiel note que sur les milliers des rebelles des FDLR disséminés dans les territoires de l’Est, seuls environ 500 se sont rendus volontairement.

A en croire le quotidien, les autres se sont volatilisés dans la nature.

Pour le journal, il s’agit d’au moins 2 000 hommes armés à qui on a accordé six mois pour se réorganiser en vue de contrecarrer toute tentative de leur rapatriement par la force.

Selon un expert de « Enough Project », repris par l’AFP, écrit le quotidien, les FDLR ont juste profité de l’ultimatum pour se réorganiser, notamment en trafiquant de l’or et du charbon de bois pour  « acheter des munitions et des armes à des officiers congolais, avec qui ils continuent à collaborer et à partager des informations ».

Politique à la une de La Prospérité. Le journal revient sur le discours du président de l’Assemblée à l’ouverture de la session extraordinaire du Parlement. Aubin Minaku avait déclaré que la constitution ne serait pas révisée au cours de cette session. Mais un projet de loi électorale devrait être débattu par les Parlementaires.

On aurait pensé que la tension baisserait d’un cran après cette déclaration, note le journal. Et pourtant ! A l’instar du vif débat sur la révision constitutionnelle, la  loi électorale devient, elle aussi, le point de crispation, commente le journal.

L’Opposition prévient que tout changement de loi électorale sera utilisé comme élément déclencheur. La Majorité justifie la modification de la loi électorale pour régler toutes les questions de fraudes et renforcer les pouvoirs des témoins, résume La Prospérité.

De son côté, Forum des As fait état de la bataille à venir pour la conquête du gouvernorat de l’Equateur.

Un peu plus de deux semaines à peine, après la mort de Louis Alphonse Koyagialo, décédé le 14 décembre, la bataille pour la succession du Gouverneur de l’Equateur semble ouverte, note le journal.

Pour le confrère, cette bataille s’annonce houleuse voire rude, à en juger par le nombre de prétendants sur la ligne de départ. Ils seraient près d’une vingtaine, les candidats qui se proposent de présider aux destinées de la province de l’Equateur, révèle le quotidien.

Parmi les potentiels candidats à la prochaine élection du gouverneur de l’Equaeur, Forum des As cite notamment José Makila, ancien gouverneur de la même province, et Henry Thomas Lokondo, député de la majorité.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner