Le Phare: « Internet et textos : la censure continue »

La connexion internet des téléphones portables n’est toujours pas rétablie le 27/01/2015 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Revue de presse du mardi 3 février 2015

Le Phare se penche sur la coupure de l’Internet et des transmissions des SMS et s’intéresse aux conséquences économiques de cette décision prise par le gouvernement lors des manifestations contre la version initiale de la loi électorale.

En maintenant la fermeture de l’Internet mobile et les réseaux sociaux, le gouvernement était loin de s’imaginer les pertes énormes que le pays allait subir sur le plan financier, économique, scientifique, médical et sportif.

Le journal révèle que le pays a subi par jour pendant les quatre journées chaudes des pertes de l’ordre de 19 millions  de dollars américains au niveau des recettes.

Tous les domaines de la vie nationale ont sérieusement souffert de ces mesures jugées maladroites, inutiles et contre-productives sur le plan politique.

Comment les banques commerciales privées vont-elles combler ces pertes énormes évaluées par millions de dollars ?, s’interroge Le Phare.

Plus d’un mois après la mise en place du gouvernement de cohésion nationale, Forum des As revient sur ce que le journal qualifie « d’hypothèques » de cette équipe.

Le journal cite notamment l’absence d’un ministère des Affaires sociales au sein de ce gouvernement.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, voilà plus d’un mois déjà que le Gouvernement Matata II fonctionne sans le ministère des Affaires sociales, écrit le confrère.

La raison, explique le confrère, tout le monde le connaît : un « poids lourd » de l’ « Opposition républicaine » aurait décliné l’offre.

Pour Forum des As, cette situation est totalement renversante dans un pays où le social devrait être mis en avant plan. Cela montre à quel point nos hommes politiques tiennent le social pour la cinquième roue du carrosse.

Autre hypothèque, mentionne le quotidien, le vice ministère du plan pose également problème. La vice-ministre est au cœur d’une controverse. D’une part, elle souffre d’un déficit de traçabilité politique et d’autre part, rapportent certaines sources, le casting la concernant n’aurait pas été de plus efficace.

Le Potentiel s’intéresse, pour sa part, sur la situation en Ituri. Le journal indique le terrorisme gagne du terrain dans ce district de la Province Orientale.

Le massacre qui a eu lieu dans la cité d’Aru donne à penser que la quiétude pour les habitants de cette partie du pays demeure une gageure.

Quinze personnes ont été tuées le week-end dans une boîte de nuit de cette cité par un commando armé.

Cette attaque, digne d’un terrorisme rampant, indique que le retour d’une paix durable en RDC est toujours retardé d’une façon ou d’une autre par des forces obscures qui se recrutent aussi bien au pays qu’à l’étranger, écrit Le Potentiel.

Est-ce un acte isolé ou une bande-annonce d’un nouveau groupe armé ?, s’interroge le confrère.

Toutefois, s’essaie le journal, ce qui est vrai ce que toutes les rébellions ont commencé de la même manière. Le quotidien évoque même l’hypothèse d’un groupe terroriste qui ne tarderait pas de se découvrir.

La Tempête des Tropiques aussi s’intéresse à la question sécuritaire dans l’Est du pays. Le journal se penche sur l’annonce du lancement de l’opération contre les FDLR.

Cette opération démarre sur une fausse note, commente le journal.

Au lieu d‘être menée conjointement par les FARDC et les casques bleus de la Monusco, écrit le quotidien, cette opération est menée de manière unilatérale par l’armée congolaise avec en tête le général Bruno Mandevu, un officier soupçonné de graves violations des droits de l’homme.

Dans les milieux des Nations unies tout comme du côté de M. Russi Feingold, envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs, cette fausse note suscité de grandes inquiétudes, commente le journal.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner