URGENT : évasion à la prison centrale de Makala à Kinshasa

Des tirs nourris sont entendus depuis tôt ce mercredi 17 mai à la prison centrale de Makala à Kinshasa. Des sources sur place parlent «d’une évasion massive des détenus » qui a poussé les militaires affectés sur cet établissement à ouvrir le feu.

Des éléments de la police dépêchés dans l’urgence ont bouclé le quartier où se situe cette maison pénitentiaire.

Sur la radio Top Congo, le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba parle d’une attaque des « miliciens de Bundu dia Kongo » qui a permis à une cinquantaine de prisonniers de s’évader de la prison.

Le ministre précise que ces « miliciens » ont attaqué la prison de Makala « vers 4 heures du matin pour libérer leur leader ».

Ne Muanda Nsemi, leader de ce mouvement politico-religieux s’est échappé avec d'autres détenus, indique Top Congo.

D’après un témoin contacté par Radio Okapi, les habitants du perimetre de la prison ont été réveillés par des bruits en provenance de cet établissement vers 3h20, heure locale.

Il affirme avoir vu par la suite plusieurs personnes sortir de la prison « sans être inquiétés et en chantant ». A l’en croire, le renfort de la police est arrivé presque deux heures plus tard lorsque la plupart d’évadés s’étaient éloignés.

Vous pouvez suivre son témoignage dans cet extrait sonore :

/sites/default/files/2017-05/temoignagemakala-web_0.mp3
 

Prison de Makala, une maison carcérale surpeuplée
 

Construite par le pouvoir colonial pour une capacité d’accueil de 1500 prisonniers, la prison centrale de Kinshasa accueillait 6000 prisonniers en 2014 et 6 600 en 2015. Depuis janvier 2016, ce chiffre est passé à 7400 détenus.
 
Plusieurs centaines de personnes jamais jugées sont des détenus de droit commun.
A Makala, on rencontre des personnes écrouées depuis de longs mois pour injure publique, simple bagarre ou insolvabilité.
 
Par ailleurs, la plupart des pavillons de la prison se trouvent dans un état crasseux.
Les femmes ont droit à un seul pavillon. Certaines détenues s’y trouvent avec leurs enfants en bas âge.
 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Sondage

Mots-clés populaires