RDC : le gouvernement conditionne l’importation du ciment gris

Transport de sacs du ciment pour les travaux de réfections des routes par des entreprises chinoise le 27/02/2013 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le ministre de l’Economie, Modeste Bahati, a annoncé le 17 août que l’importation du ciment gris en RDC est désormais conditionnée par la détention d’un contrat-programme signé entre l’opérateur économique intéressé par l’activité et le ministère de l’Economie nationale. Il a expliqué que cette mesure a été prise pour lutter contre la fraude sur les importations du ciment gris. Pour Modeste Bahati, cette fraude préjudicie le climat des affaires et l’essor économique du pays.

Selon les chiffres officiels, le besoin en ciment gris en RDC est estimé à environ 3 millions de tonnes par an. La production locale annuelle ne dépasse pas 500 000 tonnes. Une production essentiellement assurée par la Cimenterie de Lukala (Cilu). L’autre cimenterie locale, la Cinat, est à l’arrêt depuis 2008.

Pour combler ce grand écart, plusieurs partenariats public-privé ont été signés parmi lesquels, le projet PPC Barnet et Sinoma ainsi que CIMKO. Chacune de ces entreprises indique avoir la capacité de produire 1 000 tonnes par an. 

Après les élections de 2006, le gouvernement avait décidé d’exonérer les importations de ciment gris pour soutenir le programme de construction des infrastructures connu sous l’appellation « 5 chantiers ».

Modeste Bahati affirme que certaines entreprises ont profité de ces exonérations pour importer du ciment destiné à la commercialisation.

« Après enquête, nous avons remarqué que certaines sociétés se livrent à la fraude intellectuelle. Elles prétendent importer du ciment destiné aux chantiers exonérés en vertu du code des investissements ou de certaines conventions particulières. Mais en réalité, au lieu de se contenter d’importer le ciment destiné auxdits chantiers, ils en ajoutent, et en grande quantité, qui est mis en consommation sans pour autant payer la fiscalité et la parafiscalité », déplore le ministre.

Le ciment exonéré coûte moins cher que celui produit localement. Ce qui, selon certains observateurs, complique la tâche des producteurs locaux, soumis à la fiscalité aux divers impôts et taxes. La production locale du ciment pâtit donc de ces importateurs qui proposent des prix plus bas que leurs concurrents congolais.

En plus des importateurs qui profitent des exonérations, d’autres font passer leurs marchandises- du ciment notamment- par le marché de Lufu (à la frontière de l’Angola) sans payer de douanes.

« Il s’observe une fraude massive du ciment qui entre dans le pays sans payer les droits dus à l’Etat. Il est vrai que Lufu constitue un casse-tête pour l’économie congolaise », admet Modeste Bahati.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner