Sud-Kivu: 5 personnes jugées après le meurtre d’un homme à Mugogo

Une vue de la salle d'audience du tribunal militaire ce 29 avril 2011 à Kinshasa, lors du procès des presumés insurgés Eniele.jpg

Cinq personnes dont quatre policiers sont jugées depuis le lundi 24 août par le tribunal militaire garnison de Bukavu pour le meurtre d’un jeune homme tué dimanche. Le procès se déroule en audience foraine à Mugogo dans le territoire de Walungu où le meurtre a été perpétré. L’audience de ce mercredi est consacrée au réquisitoire du ministère public, à la conclusion de la partie civile et à la plaidoirie de la défense. Le verdict est attendu dans la soirée.

Les faits remontent au dimanche dernier. Des policiers se sont présentés dans une habitation dans la localité de Mugogo pour récupérer une moto volée et revendue. Le présumé receleur, aidé par ses parents, aurait résisté aux policiers venus l’arrêter. Un policier aurait alors ouvert le feu, tuant le petit frère du receleur. Un autre civil a été blessé par balle.

L’accusé principal du procès ouvert lundi est un policier du sous commissariat de Mugogo. Il est poursuivi pour meurtre. Quatre autres personnes comparaissent à ses côtés, un civil et trois autres policiers.

Le civil est accusé de vol. Les trois policiers sont jugés pour violation des consignes, arrestations arbitraires et abus de pouvoir.

Les parents du défunt affirme que leur peine est quelque atténuée par la tenue d’un procès en flagrance sur le lieu du crime.

«Ça c’est pour nous un élément de soulagement bien que nous ayons perdu un des nôtres», indique Boniface Bahizire, cousin du défunt. Il pense que l’organisation de ce procès peut contribuer à dissuader le public à se faire justice.

La partie civile est représentée par trois avocats alors que la partie défenderesse en compte deux.

Pour Me Lundeyi Immaculé, avocat de la partie civile, ce procès revêt un caractère pédagogique.

«Nous pensons que les peines qui seront infligées aux délinquants serviront d’exemple à intimider et à prévenir d’autres qui s’hasarderaient. Chacun des participants à cette audience en rentrant chez lui aura une idée sur la justice militaire», estime-t-il.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner