Georges Kapiamba: « Le chef de l’Etat a l’obligation de veiller à ce que la constitution soit respectée »

Georges Kapiamba, président l’Association congolais pour l’accès à la justice (Acaj) le 10/09/2015 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Plusieurs ONG, partis politiques et mouvements associatifs regroupés au sein de « Forces vives de la nation » ont exigé mercredi 18 novembre à Kinshasa la publication immédiate du calendrier électoral réaménagé conforme aux échéances fixées par la constitution.

Georges Kapiamba est le président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), l’une des ONG membres de ce collectif. Il est notre invité.

Il explique que le but de l’appel lancé par les « Forces vives de la nation » est de « mobiliser davantage les acteurs de la vie nationale à pouvoir intégrer une dynamique qui vise le respect strict de la constitution ».

« Le non-respect de la constitution en ce qui concerne les délais des élections pourra être considéré comme de la responsabilité individuelle du président de la République parce qu’en tant que garant du respect de la constitution et du bon fonctionnement des institutions, il a l’obligation de veiller à ce que cette constitution soit respectée en ce qui concerne l’organisation des élections », soutient-il.

Georges Kapiamba est interrogé par Michel Kifinda.

/sites/default/files/2015/20151119-entretien-georges-kapiamba_6min21sec.mp3

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner