Denis Mukwege : «L’alternance démocratique garantit la stabilité»

Docteur Denis Mukwege, responsable de l’hôpital de Panzi à Bukavu dans la province du Sud-Kivu le 15/03/2016 à Kinshasa, lors d’une conférence de presse. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

«Le message que nous avons apporté c’est de pouvoir dire qu’en 2016, nous devons faire un effort pour que ça soit une année qui garantit aux femmes la sécurité et la paix, conditions nécessaires pour leur développement», déclare le docteur Denis Mukwege. Le célèbre médecin congolais qui soigne les femmes victimes de viols au Kivu a estimé mardi en conférence de presse à Kinshasa que «l’alternance démocratique garantit la stabilité».
 
Plusieurs fois décoré au niveau international pour son travail en faveur de la femme, Dr Mukwege prend régulièrement la parole pour interpeller les dirigeants congolais et dénoncé l’impunité dont jouissent des auteurs des violences sexuelles.
 
A ceux qui pensent qu’il a abandonné le bloc opératoire pour le politique, il rétorque qu’il est un homme libre d’émettre ses opinions. Il considère que les résultats au bloc opératoire ne sont plus suffisants pour arrêter les atrocités qui se commettent sur les femmes et les enfants.
 
«Quand vous opérez une femme pour la deuxième ou la troisième fois, je ne sais pas si vous pouvez être convaincu que vous êtes en train d’appliquer une meilleure stratégie. Quand je pose la question aux femmes à propos de leur souhait, elles souhaitent qu’il y ait paix et justice. Je suis leur porte-voix. En temps de paix, elles sont capables de travailler pour elles-mêmes, mais en temps de guerre, malheureusement, elles sont ciblées. Je crois qu’on ne peut pas continuer à traiter les conséquences, il faut s’attaquer aux causes. Et la cause, ce sont les conflits perpétuels», se justifie le gynécologue de l’hôpital de Panzi à Bukavu (Sud-Kivu).
Et l’une des solutions , indique Denis Mukwege, c’est le respect de la constitution qui entrainera l’alternance pacifique.
 
«L’alternance démocratique garantit la stabilité qui, à son tour, permet le développement. Si on n’a pas une alternance politique, chacun viendra avec ses principes et ce sera une perturbation générale, une insécurité générale. Dans ces conditions, il n’y aura pas de développement», conclut le médecin.
 
Dr Mukwege s’entretient avec Michel Kifinda Ngoy.

/sites/default/files/2016-03/160316-p-f-invitedujourdrdenismukwege-00_web.mp3

 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner